BFMTV

Militaires morts au Mali: pour Édouard Philippe, l'action militaire de la France est "indispensable"

Pour le Premier ministre, ces opérations doivent correspondre "à des objectifs fixés par le pouvoir politique" et "aux intérêts de la France."

Quelques heures après l'annonce de la mort de 13 militaires français au Mali, tués dans la collision de deux hélicoptères qui participaient à l'opération Barkhane, l'Assemblée nationale a rendu ce mardi hommage aux disparus en observant une minute de silence.

Au terme de ce moment solennel, le Premier ministre Édouard Philippe a été questionné par le député insoumis Bastien Lachaud quant à la présence de l'armée française dans ce pays subsaharien

"Aujourd'hui le pays entier s'interroge sur les objectifs poursuivis et la stratégie adoptée. Le mot terrorisme a confondu trop de réalités diverses et notre ennemi n'a pas été clairement identifié. (...) Nos armées remportent des victoires tactiques mais la crise s'étend", s'est inquiété l'élu de Seine-Saint-Denis.

"Action militaire indispensable"

Le locataire de Matignon a tout d'abord présenté ses condoléances aux familles des soldats disparus. Puis, Édouard Philippe a tenu à rappeler que l'action militaire française était "indispensable" et que "l'utilisation des forces armées (était) toujours politique. Toujours. Elle doit correspondre à des objectifs fixés par le pouvoir politique, aux intérêts de la France qui sont définis par les gouvernements et par le Président de la République."

"Ces objectifs ont été affirmés et réaffirmés: éviter la déstabilisation d'États qui sont des États partenaires et amis. Faire en sorte, avec le concours de la France, de nombreux partenaires européens et des États de la région, que nous soyons capables d'obtenir la stabilité et la sécurité pour garantir le développement. C'est un très long combat", a-t-il toutefois reconnu.

La ministre des armées Florence Parly, qui a précisé lors d'une conférence de presse qu'elle se rendrait à Gao au Mali "prochainement", a salué des "exceptionnels héros qui sont morts pour la France" dans "des conditions opérationnelles extrêmes dans une nuit noire ou les hélicoptères volaient tous feux éteints" avant d'entrer en collision.

Hugo Septier