BFMTV

Masques: François Bayrou et Valérie Pécresse fustigent le rôle de l'Etat

La question des masques de protection est l'un des grands sujets de polémique de la crise du coronavirus, les oppositions accusant l'Etat d'avoir notamment "menti" sur leur utilité pour en dissimuler la pénurie.

Le patron du Modem François Bayrou et la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse (ex-LR) ont loué ce dimanche le rôle des collectivités dans l'obtention et la distribution de masques pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, fustigeant à l'inverse le rôle de l'Etat.

"Si on avait attendu l'Etat pour avoir des masques, on aurait pu attendre longtemps, et encore aujourd'hui, on n'en aurait pas", a estimé François Bayrou, sur notre antenne, relevant que "les autorités supérieures ont été obligées de se remettre à l'action locale".

Le maire de Pau (Pyrénées-Atlantiques) a souligné "la nécessité de faire confiance au terrain, c'est valable pour les collectivités locales, valables pour les entreprises, valable pour les médecins". Le centriste a regretté que "la société française souffre d'une centralisation excessive". 

"Ce n'est pas la réalité"

Valérie Pécresse a, quant à elle, critiqué dimanche les déclarations d'Emmanuel Macron qui affirmait le 18 mai dans un long-format diffusé sur notre antenne qu'il n'y avait jamais eu de rupture de masques. 

"Ce n'est pas la réalité. Et c’est pour cela que la région en a acheté 2 millions dont les premiers ont été destinés au personnel soignant alors que ce n’est pas notre métier", a-t-elle déclaré sur France 3.

La présidente de la région Ile-de-France s'est par ailleurs inquiétée d'un "relâchement dans l'utilisation des masques alors qu’il est obligatoire dans les transports" en Ile-de-France, région encore classée rouge par les épidémiologistes. 

La question des masques de protection est l'un des grands sujets de polémique de la crise du coronavirus, les oppositions accusant l'Etat d'avoir notamment "menti" sur leur utilité pour en dissimuler la pénurie.

C.Bo. avec AFP