BFMTV

Marine Le Pen accuse Laurent Wauquiez d'être "insincère"

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale.

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale. - Lionel BONAVENTURE / AFP

Marine Le Pen, présidente du Front national, était l'invitée du journal de 20h ce mercredi soir sur TF1. Elle a raillé la trajectoire politique de Laurent Wauquiez, nouveau patron des Républicains.

Laurent Wauquiez a été élu dimanche dernier président des Républicains, tenant d'une ligne jugée "droitière" par ses détracteurs et de nombreux observateurs. Ses positions ont parfois été comparées à celles du Front national et Marine Le Pen lui a d'ailleurs fait des semblants d'ouverture récemment.

"De deux choses l'une"

Mais, invitée ce mercredi soir du journal de 20h de TF1, elle a nié lui avoir proposé une alliance, revenant au passage sur une époque où le disciple de l'ancien ministre et partisan des institutions européennes, Jacques Barrot, était plus éloigné de sa famille politique: "J’avais fait un petit test de sincérité car monsieur Wauquiez est quelqu’un qui a quand même été un européiste convaincu, un centriste. C’est d’ailleurs pour ça qu’il était entré au gouvernement de Nicolas Sarkozy qui nous expliquait que nous n’étions pas assez généreux avec l’immigration en Europe."

Cependant, elle a reconnu que les opinions de Laurent Wauquiez paraissaient s'être infléchies: "Je l’ai entendu tenir des propos qui sont les mêmes que ceux du Front national pendant la campagne, donc je lui dis: ‘De deux choses l’une, soit vous êtes sincère, vous avez changé d’avis et à ce moment-là vous arrêtez de mettre le Front national au ban de la vie politique, soit vous êtes insincère et vous ferez comme les autres, et après avoir montré les muscles durant la campagne, vous vous recentrerez une fois élu.’"

Et, à l'évidence, la présidente du Front national penche pour la seconde option: "Et ça n’a d’ailleurs pas tardé car la première annonce de monsieur Wauquiez a consisté à dire qu’il allait se précipiter à Berlin puis à Bruxelles pour faire allégeance, c’est-à-dire exactement le même parcours qu’Emmanuel Macron."

dossier :

Marine Le Pen

Robin Verner