BFMTV

Pour Marine Le Pen, Laurent Wauquiez rend "hommage" au FN

Sur BFM Politique, la présidente du Front national a estimé que le candidat à la tête des Républicains rendait "hommage" au Front national en adoptant une posture droitière, qu'elle juge peu crédible.

"Je ne le conçois pas comme une menace." Invitée de BFM Politique ce dimanche, Marine Le Pen s'est montrée peu convaincue par la ligne très droitière défendue par Laurent Wauquiez, candidat favori pour prendre la tête des Républicains. D'aucuns estiment pourtant que la positionnement du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes (lutte contre l'immigration, critique des élites...) tend à se rapprocher de celui adopté par Front national. Un constat peu crédible selon la présidente du parti:

"C'est un bel hommage que Monsieur Wauquiez nous rend. Il dit 'Malgré le fait que je vous ai combattu pendant des années et des années, c'est vous (le Front national, ndlr) qui aviez raison'. La vraie question c'est la part de sincérité dans le discours de Monsieur Wauquiez et là, permettez-moi d'avoir un certain nombre de doutes", a déclaré Marine Le Pen.

Selon l'ex-candidate à la présidentielle, la ligne droitière de Laurent Wauquiez est une "tactique électorale utilisée par tous les dirigeants des Républicains depuis des années". Elle lui reproche par ailleurs de ne pas l'entendre sur la question de l'Union européenne dont "il a été un très grand défenseur pendant longtemps".

L'hypothèse d'une alliance écartée

Interrogée sur la possibilité d'une alliance avec Laurent Wauquiez, Marine Le Pen rappelle "émettre des doutes sérieux sur la sincérité" du candidat des Républicains. "Pour une raison simple, c'est le choix de son bras droit. Il choisit comme bras droit le bras droit de Monsieur Juppé (Virginie Calmels, NDLR). Quelle est la logique? Je crains hélas que tout cela soit un processus d'enfumage dont les Républicains sont devenus experts".

La présidente du Front national se dit pourtant prête à discuter avec "tout le monde" mais elle assure qu'il "est assez difficile d'envisager des avancées ou d'espérer discuter avec Monsieur Wauquiez".

"Il a dit 'Je ne peux pas parler avec le Front national parce que la gauche va me traiter d'extrême droite'. Il admet lui-même qu'il est déjà soumis à ce que la gauche va dire de lui", a conclu Marine Le Pen.

Paul Louis