BFMTV

Raffarin sur Sarkozy: un retour en politique "exige travail et silence"

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin - -

Pour le sénateur UMP, parler autant de Nicolas Sarkozy, profite au PS car cela évite de débattre autour des problèmes de la France.

Reviendra? Reviendra pas? Nicolas Sarkozy ménage un suspense que nombreux juge de façade. "La question n'est pas de savoir si je veux ou ne veux pas revenir. Je ne peux pas ne pas revenir. Je n'ai pas le choix. C'est une fatalité. Une fatalité", aurait-il dit cette semaine à l'un de ses nombreux visiteurs rue de Miromesnil (Paris 9e), selon Le Point.

Un sentiment que personne à droite ne démentirai. Ni l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, ni personne d'autre.

Pourtant ce dimanche, le sénateur UMP, qui avait déjà émis des réserves à un retour de l'ancien chef de l'Etat, écrit sur son blog qu'il s'agit "d’une probabilité, au sens mathématique, elle est donc incertaine".

A l'avantage du PS

Surtout "à qui profite le retour anticipé de Nicolas Sarkozy?", s'interroge Jean-Pierre Raffarin, avant de regretter que les rendez-vous de l'ancien chef de l'Etat occupent à ce point les journaux, y voyant une faiblesse de l'exécutif en poste.

Il liste ensuite quelques "inconvénients" à ce retour:

- Parler de Nicolas Sarkozy empêcherait de parler "des problèmes du pays" et profietrait donc au Parti socialiste

- Parler de Nicolas Sarkozy empêcherait l'UMP de "voir émerger un nouveau leader"

- parler de Nicolas Sarkozy empêcherait de "construire un projet d’alternance neuf, courageux, imaginatif pour la France

Enfin l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac est persuadé qu'un retour "exige travail (ce qu’il fait énormément) et silence (ce qu’il ne fait pas suffisamment)" avant de rappeler que "la route jusqu’à l’échéance de 2017 est très longue".

S.A.