BFMTV

Primaire UMP à Paris: Bournazel demande la suspension du scrutin

Pierre-Yves Bournazel, l'un des candidats à la primaire, veut annuler le scrutin.

Pierre-Yves Bournazel, l'un des candidats à la primaire, veut annuler le scrutin. - -

Le candidat UMP Pierre-Yves Bournazel, excédé par les accusations de bugs contre le scrutin de la primaire pour les municipales, demande la suspension du vote.

Coups de théâtre à répétition dans la primaire UMP aux municipales de Paris, ce vendredi. Après une série de bugs techniques révélés dès jeudi soir, le candidat Pierre-Yves Bournazel a demandé dans l'après-midi la suspension du vote, invoquant un "système incontestablement défaillant".

"Il convient de suspendre immédiatement le processus d’un vote publiquement ridiculisé, dans l’intérêt de l’UMP et des Parisiens", a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse improvisée sur le parvis de l'Hôtel de Ville. "Aucun d’entre nous ne peut aujourd’hui sortir légitime pour affronter la majorité sortante."

"Des centaines de Parisiens viennent de le constater en quelques heures, soit parce qu'ils n'ont pu s'inscrire pour voter, soit (...) parce qu'il a été possible d'inscrire plusieurs électeurs sans leur consentement. Il convient donc de suspendre le processus d'un vote publiquement ridiculisé", a conclu le conseiller municipal.

"Hors de question de suspendre le scrutin"

Joint par BFMTV.com, le président du Conseil supérieur des primaires de l'UMP, Antoine Rufenacht, s'est indigné de la sortie de Pierre-Yves Bournazel.

"Il est hors de question de suspendre le scrutin, tout cela parce qu'un candidat le demande. Ce serait un précédent dangereux. Autour de moi, j'entends que le scrutin se déroule comme nous l'avions prévu. Les électeurs peuvent voter dans de bonnes conditions", explique l'élu municipal du Havre.

Interrogé sur les accusations de fraudes de la part de journalistes qui ont pu voter plusieurs fois, Antoine Rufenacht ne reconnaît rien. "Ils ont usurpé des identités, et cela est un délit. Je ne crois pas que beaucoup d'électeurs aient envie de commettre un tel délit, ça ne remet donc pas en cause la transparence du vote. J'ai connu de nombreuses élections papier, et j'ai toujours vu énormément de fraudes au moment du dépouillement. Le scrutin électronique est plus sûr."

Mais un autre candidat semble lui aussi circonspect sur le déroulement du vote. Joint par téléphone, Jean-François Legaret affirme avoir demandé la convocation en urgence du Conseil supérieur de la primaire, pour clarifier la situation. "Le vote en ligne fonctionne mal pour certains, et je prends en considération les informations des journalistes qui disent avoir pu voter -blanc- plusieurs fois."

Dans la soirée, Nathalie Kosciusko-Morizet a elle aussi demandé la réunion du Conseil supérieur de la primaire. Dans un communiqué, elle déplore "les tentatives répétées d'intimidation des électeurs et les déclarations intempestives de certains candidats".


À LIRE AUSSI:

>> UMP: Legaret demande la convocation en urgence du Conseil supérieur de la primaire

>> Primaire UMP: bugs en série sur le scrutin

>> Primaire UMP: une fin de campagne tendue

Alexandra Gonzalez