BFMTV

Présidence LR: la crainte d’une faible participation pèse sur l'élection

Laurent Wauquiez à Lille, le 4 décembre.

Laurent Wauquiez à Lille, le 4 décembre. - Denis Charlet - AFP

Une faible participation à l'élection du président de LR risquerait de compliquer le début du mandat du vainqueur.

Les Républicains votent ce dimanche. Un vote sans surprise, puisque Laurent Wauquiez devrait emporter son titre de président du parti. Mais à deux jours du scrutin, combien de personnes se mobiliseront-elles pour l'élire? Plus de six mois après la présidentielle et les législatives qui ont laissé Les Républicains à terre, la participation pourra servir d'indicateur sur la santé du parti et la volonté des militants de se lancer dans sa reconstruction.

Aujourd'hui selon la direction, Les Républicains revendiquent 234.908 adhérents à jour de cotisation. C'est ce chiffre qui fait dire à Florence Portelli, candidate face à Laurent Wauquiez, qu'en dessous de 100.000 participants, l'élection "sera un échec". "Laurent Wauquiez serait évidemment le responsable de cet échec", renchérit le troisième candidat, Maël de Calan, qui rappelle le refus du favori de débattre à la télévision face à lui et Florence Portelli. De son côté, le Breton vise “80, 90.000 adhérents, environ le tiers des adhérents que nous revendiquons”.

Le camp Wauquiez vise bas

Une façon de mettre la pression sur le camp du favori: plus la participation sera haute, plus il pourra se targuer d'une forte légitimité et bénéficier d'une marge de manœuvre pour rassembler et mettre au clair la ligne politique du parti. Dans le cas contraire, l'élection risque d'être nettement moins confortable.

Peu étonnant, donc, qu'aucun des différents camps ne soit d'accord sur le nombre d'adhérents à jour de cotisation. Mardi sur Cnews, Gérard Larcher, citant le secrétaire général LR Bernard Accoyer, évoquait plutôt "120.000 adhérents à jour de cotisation", et misait sur environ 60.000 participants.

L'entourage de Laurent Wauquiez, lui, vise encore plus bas, soit autour de 50.000 participants. En affichant de modestes ambitions, son camp anticipe les critiques. "S'il est élu, [une faible participation] ne remettra pas en cause sa légitimité", confirme son directeur de campagne, Geoffroy Didier, dans Le Monde. Mais elle pourrait compliquer son début de mandat.

Sarkozy s'affiche avec Wauquiez

Laurent Wauquiez s’affichera donc pour son dernier meeting samedi au côté de Nicolas Sarkozy, en espérant motiver certains réticents à se déplacer. Au QG du parti, on essaie tant bien que mal de mobiliser: SMS, mails de rappels et permanences spéciales sont assurés depuis la mi-novembre pour répondre aux questions sur le vote et renvoyer les codes si nécessaire pour le vote en ligne. Un zèle qui n'est pas toujours bien tombé: exclu de LR, le député Franck Riester a reçu les codes pour voter.

Quoi qu’il en soit, il semble désormais peu probable que Les Républicains parviennent à mobiliser leur électorat autant qu’ils l’ont fait lors des élections précédentes: en 2012, 176.608 personnes s’étaient mobilisées pour départager Jean-François Copé et François Fillon. Un vote qui avait finalement viré à la guerre interne entre les camps des deux candidats. Deux ans plus tard en 2014, 155.851 personnes s’étaient déplacées pour l’élection du président de l’UMP: Nicolas Sarkozy avait été élu avec 64,5% des suffrages contre Bruno Le Maire.

Ariane Kujawski