BFMTV

Pour Guillaume Peltier, le remaniement ne sauvera pas "le bilan exécrable" d'Emmanuel Macron

Invité de RMC et BFMTV ce lundi matin, le vice-président des Républicains juge que la nomination de Jean Castex, ancien membre de son parti politique, ne pourra pas sauver le quinquennat actuel.

Après Édouard Philippe, c'est de nouveau un membre ayant appartenu aux Républicains qui hérite des rênes de Matignon en la personne de Jean Castex. Si le nouveau Premier ministre a quitté sa famille politique originelle avant de rejoindre Emmanuel Macron au sommet de l'État, comment est perçue cette nomination chez les LR? "La question, c'est la politique qui est menée par Emmanuel Macron", élude ce lundi matin Guillaume Peltier, invité de RMC et BFMTV.

S'il souhaite de la réussite au nouveau chef du gouvernement, lui-même proche de Nicolas Sarkozy, notre invité estime que le sujet se situe plus haut: "Le problème, dans notre pays, c'est Emmanuel Macron et son bilan désastreux" martèle le numéro 2 des Républicains, pour qui le remaniement imminent n'aura au final pas tant d'importance que ça:

"Les fautes immenses du macronisme ne seront pas dissoutes par un remaniement, quel que fut son ampleur", prédit-il.
"Il faut dire ce que nous voyons, il faut dire ce que les Français voient." Pour développer sa critique du pouvoir en place, le vice-président du parti de droite égrène: "Un bilan cataclysmique, 2700 milliards d'euros de dette, 1000 milliards d'euros d'impôts, de taxes et de charges qui pèsent chaque année sur nos compatriotes..." Pour Guillaume Peltier, le chef de l'État doit également se voir reprocher "un record en matière d'immigration, 2760.000 titres de séjour accordés en 2019". Il cite également, en s'appuyant sur son expérience d'élu local, "des territoires qui n'en peuvent plus": "Nous sommes démunis, dans les provinces, face au manque de médecins, face à la question du numérique."

"Le bilan d'Emmanuel Macron est un bilan éxecrable", insiste celui qui est également député de Loir-et-Cher, pour conclure son propos.

Jérémy Maccaud