BFMTV

Penelope Gate: Fillon est-il convaincant? 

Le candidat LR à la présidentielle a fermement démenti jeudi que son épouse Penelope Fillon ait bénéficié d'emplois fictifs, sur le plateau de TF1. Une défense convaincante?

Depuis les révélations du Canard Enchaîné, François Fillon tente d'éteindre la polémique. Jeudi soir, le candidat du parti Les Républicains était sur le plateau de TF1 pour tenter de remobiliser ses électeurs.

Pour autant, celui qui a fait toute sa campagne sur l'honnêteté peut-il encore convaincre? 

Thierry Saussez, spécialiste en communication, qui a dirigé le SIG lors du quinquennat de Nicolas Sarkozy, estime que la communication au 20h de TF1 a été bonne. Désormais, il est nécessaire que cela serve à "éteindre l'incendie".

"Il a utilisé l'argument, la grande parade, si je suis mis en examen, je n'irai pas à la présidentielle [...] Maintenant il faut clore cette histoire", a expliqué Thierry Saussez à BFMTV. 

Des arguments "convenus"

En revanche, pour le rédacteur en chef du Canard enchaîné, Louis-Marie Horeau, les arguments du candidat sur le plateau de TF1 sont "convenus"

"Là où ça ne va pas, c'est qu'il a dit qu'on allait maintenant s'expliquer devant la justice. Mais le problème pour lui, c'est l'opinion publique!", a assuré le journaliste

Quant à Christophe Barbier, éditorialiste sur BFMTV, en affirmant qu'il ne se présentera pas à la présidentielle s'il était mis en examen, François Fillon fait un pari "sur la lenteur de la justice". Pour notre éditorialiste, cette affaire a créé un décalage entre ses dires et ses actes. 

"Il y a maintenant un contraste entre le dire de François Fillon et le faire de François Fillon. [Quant à sa communication sur TF1], c'est un pari et un défi. Un pari sur la lenteur de la justice. Il y a très peu de chance pour que la machine judiciaire rende son verdict avant la présidentielle." 

A ce jour, il est en effet impossible de dire combien de temps tout cela prendra, ni si François Fillon sera débarrassé de cette affaire avant le premier tour de l'élection présidentielle, le 23 avril prochain.

E. H.