BFMTV

Non-lieu pour Sarkozy: "une bonne nouvelle" pour ses partisans

Pour Nadine Morano (ici le 3 octobre à Paris), le non-lieu de Nicolas Sarkozy est "une bonne nouvelle".

Pour Nadine Morano (ici le 3 octobre à Paris), le non-lieu de Nicolas Sarkozy est "une bonne nouvelle". - -

L'ex-président bénéficie d'un non-lieu dans l'affaire Bettencourt: une nouvelle qui réjouit ses supporteurs politiques.

Le clan Sarkozy n'attendait que ça: avec le non-lieu de l'ancien président qui était jusqu'alors mis en examen dans le volet "abus de confiance" de l'affaire Bettencourt, c'est un Nicolas Sarkozy blanchi qu'admirent ses supporteurs politiques.

Jean-François Copé, président de l'UMP, a s'est "loguement" entretenu au téléphone avec Nicolas Sarkozy pour lui signifier "combien il était heureux" de la décision, a indiqué son directeur de cabinet, Jérôme Lavrilleux.

Mais la réaction la plus rapide et la plus vive est venue lundi de Nadine Morano. La déléguée générale de l'UMP en charge des élections a exprimé sa joie sur BFMTV lundi midi, tout en rappelant sa fidélité à l'ancien président.

Lorsque l'instruction du dossier Bettencourt avait été validée le 24 septembre dernier, confirmant la mise en examen de Nicolas Sarkozy, Nadine Morano avait d'ailleurs vivement réagi à l'encontre des juges Gentil et Noël. "Nous prennent-ils pour des cons?", avait-elle écrit sur son compte Twitter.

On a le droit de savoir qui nous juge... Nous prennent-ils pour des cons ? c'est la question que je me pose #AffaireBettencourt
— Nadine Morano (@nadine__morano) September 24, 2013

Ce lundi, l'ancienne ministre ne cache pas que cette décision de justice est un obstacle de moins pour Nicolas Sarkozy vers un retour en politique. Pragmatique, elle explique sur BFMTV que "le bon timing" pour un retour de l'ancien président "serait 2015".

Même son de cloche chez la centriste Rama Yade, ancienne secrétaire d'Etat. Invitée des Grandes gueules de RMC lundi, elle a estimé que le non-lieu de Nicolas Sarkozy "est une bonne nouvelle qui va lui permettre de retrouver des perspectives politiques".

"Les charges étaient inexistantes", selon Balkany

"Les charges étaient totalement inexistantes", a rappelé de son côté Isabelle Balkany, proche de Nicolas Sarkozy. Pour l'épouse du député UMP Patrick Balkany, cette décision "n'est pas une surprise, mais je partage ma joie avec l'UMP".

L'association "les Amis de Nicolas Sarkozy", constituée pour le défendre et le promouvoir, a donc des motifs de satisfaction. Ce qui n'est pas le cas de tous les UMP, à commencer par François Fillon, qui a rompu publiquement dimanche avec l'ex chef de l'Etat. D'anciens ministres se sont également éloignés, comme Xavier Bertrand ou Luc Chatel.

A. K.