BFMTV

Maël de Calan reproche à Laurent Wauquiez un rapprochement d'idées avec le FN

Maël de Calan, l'un des trois candidats à la présidence de Les Républicains, conseiller départemental du Finistère et ancien porte-parole d'Alain Juppé, était ce mercredi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC.

Invité mercredi matin sur BFMTV et RMC, Mäel de Calan brigue la présidence de Les Républicains (LR) pour "porter un renouveau radical de nos pratiques politiques". Agé de 36 ans, le cadet des trois candidats à la fonction, proche d'Alain Juppé, juge "la marque" LR abîmée "à cause du comportement de quelques-uns, de Patrick Balkany par exemple, qui a été réinvesti par Les Républicains pour être candidat aux législatives, avant qu'on lui retire cette investiture dans la précipitation et l'affolement général sous la pression des médias". Aujourd'hui, "l'image publique" de LR "est mauvaise, et ça n'a rien d'inéluctable", assure-t-il.

Dans cette perspective, le "grand coup de barre à droite" porté par Laurent Wauquiez, candidat favori à la présidence du parti, "est une erreur", martèle Maël de Calan. "Si nous faisons cela, nous allons continuer à nous réduire politiquement et à chuter dans les urnes".

"La France blanche et chrétienne n'est pas ma vision de l'identité"

Quid des intentions de Laurent Wauquiez? "Je n'ai pas de doute sur sa volonté de ne pas faire d'alliance avec le Front national", commence Maël de Calan. "En revanche, il y a dans son entourage des gens, Patrick Buisson, Guillaume Peltier, qui ont théorisé ce rapprochement avec le FN. Quand j'entends Laurent Wauquiez affirmer que la droite est identitaire, il va dans ce sens".

Sans le soupçonner de vouloir faire alliance avec le FN, Maël de Calan décèle "un vocabulaire, des propositions qui vont de plus en plus dans le sens" d'un rapprochement idéologique. "Identitaire, c'est un mot qui dit que la France est blanche et chrétienne, un peu comme Nadine Morano l'exprimait. Ce n'est pas ma vision de l'identité".

Un rapprochement avec le FN serait "suicidaire"

"Le sens de ma candidature c'est d'y faire obstacle (au rapprochement avec le FN, NDLR), ce serait suicidaire sur le plan électoral, et une erreur énorme sur le plan intellectuel", met en garde Maël de Calan, qui précise toutefois avoir "de vrais points de convergence avec Laurent Wauquiez, on veut tous les deux rétablir une forme d'ordre et de sécurité en France". "Je me sens plus proche de Laurent Wauquiez que d'Emmanuel Macron", assure-t-il ainsi.

Le jeune candidat plaide pour "une droite ouverte", en somme constructive: "On sait où on habite, et en même temps on est partisan d'une opposition qui n'est pas ultra-clivante. Sur certains sujets, je suis Macron-compatible. (...) La politique ce n'est pas, quand on est de droite, avoir une opposition de toute force à ce que dit la gauche, et inversement. On peut avoir une opposition nuancée".

A.L.M.