BFMTV

"Les Républicains", le futur nom de l'UMP choisi par Nicolas Sarkozy

Le siège de l'UMP à Paris

Le siège de l'UMP à Paris - AFP

Le président de l'UMP, qui veut mettre en ordre de bataille sa famille politique en vue de la présidentielle de 2017, devrait annoncer le nom officiel et les nouveaux contours de son parti lors du Congrès du 30 mai prochain.

C’était la grande annonce de son retour en politique: Nicolas Sarkozy, voulait "chambouler" de "fond en comble" l'UMP en commençant par changer le nom de sa formation politique. Pour justifier, cette ambition, l'ex-chef de l'Etat expliquait qu'il fallait reconstruire une machine à gagner pour la droite. A quelques semaines du congrès de sa formation politique, prévu le 30 mai, Nicolas Sarkozy se serait arrêté sur un nom et aurait choisi "Les Républicains", selon Europe 1 alors que le nom "Le Rassemblement" a longtemps été annoncé comme favori.

Un nom qui répond à son ambition d'ouverture et qui ferait l'unité entre les différents courants de l'UMP. Pourtant, un responsable du parti commente au Parisien:

"Après l'UMPS, Marine Le Pen va s'en donner à coeur joie avec les Ripoublicains".

Sarkozy était prêt à renoncer

Pourtant, en février face aux crispations sur la question, Nicolas Sarkozy avait songé abandonner son projet.

"Il pense que c’est mieux de changer de nom, mais si une majorité de questionnaires et si une majorité de la commission des statuts est favorable pour garder un nom, il l’acceptera. Il ne se braquera pas", expliquait un cadre du parti à L'Opinion en février.

La droite habituée aux changements de nom

Un nouveau nom, pour un nouveau départ? "Dans la droite républicaine, les sympathisants ne sont pas très attachés au nom du parti, ce qui est important c'est de savoir qui est le chef", expliquait à BFMTV, en décembre dernier, Christian Delporte, professeur d'histoire à l'université de Versailles.

Une stratégie que d’autres à droite ont déjà suivi avant lui. Depuis 1947, le parti gaulliste a déjà changé cinq fois de nom. L'Union pour un mouvement populaire, elle-même, est née en 2002, de la fusion du Rassemblement pour la république (RPR) avec Démocratie libérale et une part importante des centristes de l'Union pour la démocratie française (UDF).
S.A.