BFMTV

La Réunion: après des heurts, Emmanuel Macron "appelle chacun au calme"

"Malheureusement ces tensions n'adviennent pas, et ces violences urbaines ne sont pas là uniquement quand le Président de la République se déplace", a déclaré Emmanuel Macron, après des heurts ayant éclaté jeudi soir dans la ville du Port, en marge de sa venue à La Réunion.

En voyage dans l'océan Indien, le président français Emmanuel Macron est, depuis mercredi, sur l'Île de la Réunion, où il a été accueilli par une grève générale. Avant son départ, il a donné une conférence de presse ce vendredi, lors de laquelle il est revenu sur les violences qui ont émaillé certains des quartiers de la ville du Port jeudi soir.

"J'appelle chacun au calme et à ce que les tensions baissent", a-t-il déclaré après la question d'un journaliste sur le sujet. "Malheureusement ces tensions n'adviennent pas, et ces violences urbaines ne sont pas là, uniquement quand le Président de la République se déplace", a répondu Emmanuel Macron.

Il a parlé de violences "récurrentes" qui ont "émaillé les derniers mois, en particulier tout au long de la crise des gilets jaunes". Le chef d'État avait d'ailleurs été accueilli sur l'île par une grève générale, a salué au passage "la mobilisation de nos forces de l'ordre qui avec beaucoup de courage et de ténacité ont permis de revenir au calme".

"La violence n'a jamais permis d'accélérer les choses"

Rappelant ses annonces en matière de création emplois et d'éducation pour l'île, il a ajouté: "Ça ne va sans doute pas assez vite pour eux, mais je ferai tout ce qui est en mon pouvoir et le gouvernement est mobilisé pour ce faire. La violence n'a jamais permis d'accélérer les choses, au contraire. Elle rouvre des clivages, parfois des tensions, elle donne une mauvaise image".

Emmanuel Macron a effectué une visite surprise jeudi matin aux Camélias, quartier populaire de la ville de Saint-Denis, chef lieu de l'île, où il a échangé pendant une heure et demi avec des habitants. Il a pris ces rencontres en exemple contre la violence.

Aux Camélias "j'ai vu des jeunes qui n'étaient pas contents de leur quotidien, mais qui étaient remarquablement responsables dans un quartier parmi les plus pauvres, et l'un de ceux où le niveau de délinquance est le moins élevé (...) Il y a un autre visage des quartiers", a déclaré le président.
Salomé Vincendon