BFMTV

La République en marche lance les municipales à Paris

Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux ont assisté à la soirée de lancement à Paris

Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux ont assisté à la soirée de lancement à Paris - Patrick KOVARIK / AFP

Le parti de la majorité a tenu une soirée spéciale dans le 10e arrondissement de Paris ce mercredi soir afin de lancer l'initiative "Paris&Moi" qui doit nourrir son projet pour les municipales.

Les marcheurs parisiens se mettent en route. Un an et demi avant les élections municipales, La République en marche a tenu une soirée spéciale ce mercredi soir à l’Alhambra, dans le 10e arrondissement de la capitale. Tous les possibles prétendants à la mairie de Paris étaient présents: Benjamin Griveaux, Mounir Mahjoubi, Hugues Renson, Anne Lebreton et Julien Bargeton, le seul à s’être, pour l’heure, officiellement déclaré candidat.

Et le pari semble réussi puisque la salle de 600 places était comble. Mais cette soirée était surtout l’occasion de lancer l’initiative "Paris&Moi" qui doit mener les militants au contact des Parisiens dans les six prochaines semaines afin de nourrir le programme des municipales. 2000 marcheurs doivent prendre part à cette action.

"Paris, c'est un projet collectif"

"C’est le lancement officiel de la campagne de mobilisation de La République en marche à Paris. On a une pratique au sein d’En Marche, c’est que d’abord on va faire un diagnostic avec les Parisiens, donc on a près de 2000 personnes qui vont de mobiliser dans les six prochaines semaines pour aller faire 10.000 interviews de Parisiens", a déclaré Benjamin Griveaux à BFM Paris.

Celui qui clôturera la soirée avec un discours explique que "Paris, c'est un projet collectif". "Ceux qui pensent qu’on peut diriger la ville de Paris seul dans son bureau à l’Hôtel de ville se trompent", a-t-il ajouté, indiquant que le parti s’attaquera aux "questions des candidatures" après avoir élaboré le projet pour les municipales. Et de conclure: "Il y a plus de 500 candidats à trouver dans les différents arrondissements, il y a plus de 17 têtes de listes. C’est un long chemin et aujourd’hui, c’est une première étape".

Barthélémy Bolo avec Paul Louis