BFMTV

Mounir Mahjoubi tacle Anne Hidalgo: "Il n'y a plus de courage, plus d'ambition" à Paris

Invité vendredi soir sur notre antenne, le secrétaire d'État en charge du Numérique a de nouveau fait part de ses ambitions pour la capitale, taclant par la même occasion la politique menée par Anne Hidalgo.

Mounir Mahjoubi se projette un peu plus vers les municipales de 2020. Invité ce vendredi soir sur notre antenne, le secrétaire d’État en charge du Numérique, sans se déclarer officiellement, n’a pas caché son vif intérêt pour le poste de maire de Paris. "J’ai été élu député à Paris, je suis très engagé à Paris", a-t-il rappelé, évoquant le lancement de l’opération "Paris&Moi" qui le mènera au contact des Parisiens les six prochaines semaines pour "écouter ce qui marche et ce qui ne marche pas" dans la capitale.

Composé essentiellement de militants LaREM, le collectif "Paris&Moi" doit aboutir à l’élaboration d’un "projet pour les 20 prochaines années" dans la perspective des municipales. Reste à savoir qui portera ce projet, Mounir Mahjoubi et Benjamin Griveaux faisant figure de grands favoris: "Une candidature comme la mienne serait légitime. Une candidature comme celle de Benjamin Griveaux serait légitime, plein de candidatures peuvent être légitimes. Mais la seule façon de devenir cette candidate ou ce candidat, c’est qu’on ait quelque chose à proposer, sinon ça ne sert à rien d’être candidat", a ajouté le secrétaire d’État.

S’il a assuré que "ce n’est pas maintenant" que cela se décide, Mounir Mahjoubi a tout de même affirmé qu’il pensait pouvoir faire un "bon candidat". Avant de jouer la carte de la prudence: "Mais je ne sais pas où on sera dans quelques mois, si je serai la bonne personne, si Benjamin (Griveaux, ndlr) sera la bonne personne. […] Ce n’est pas maintenant qu’on est capable de dire quel est le meilleur contexte".

"Il y a de quoi être déçu"

Sur la politique menée par l’actuelle municipalité, l’élu parisien étrille Anne Hidalgo, dénonçant une action proposée "par ceux qui sont là depuis 17 ans" et qui "ne correspond pas aux vingt ans à venir". "Il y a de l’ennui, il n’y a plus de courage, il n’y a plus d’ambition", a-t-il lâché, assurant qu’il y a "des sujets sur lesquels on est passé complètement à côté".

Et de préciser: "La propreté c’est ce qu’on doit aux plus pauvres comme aux plus riches. On peut dire qu’il y a eu une absence totale de recherche d’innovation sur la propreté à Paris et aujourd’hui tout le monde s’en plaint".

S’agissant des échecs de Vélib’ et d’Autolib’, Mounir Mahjoubi affirme que l’équipe menée par Anne Hidalgo "a réussi à tout foirer"."Il y a de quoi être déçu. Alors que c’est l’avenir qui permettrait de diminuer le nombre de voitures en villes et d’accélérer les parcours de chacun, on a réussi à ce que ça coûte très cher aux Parisiennes et aux Parisiens et à faire peur avec la technologie. […] Ca me choque", a-t-il conclu.

P.L