BFMTV

La réforme des retraites, le dossier sensible de la rentrée d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron le 17 août 2018 à Bormes-les-Mimosas

Emmanuel Macron le 17 août 2018 à Bormes-les-Mimosas - Yann Coatsaliou-AFP

Un épineux sujet attend Emmanuel Macron pour sa rentrée politique cette semaine: la réforme des retraites, promesse de campagne du président.

C'est une réforme à haut risque prévue pour l'été 2019. Alors que le président s'apprête à faire sa rentrée politique avec un premier conseil des ministres ce mercredi, un dossier brûlant l'attend. Emmanuel Macron a promis de réformer les retraites et d'instaurer un système unique par points.

"Je ne suis pas contre si c'est équitable"

Une réforme qui préoccupe déjà les Français. C'est le cas de Stéphane Roux, ingénieur en informatique à Nice. S'il a déjà cotisé vingt-trois années dans le publique et le privé, il est méfiant quant à la réforme à venir.

"Je ne suis pas contre une réforme, un alignement de toutes les retraites à partir du moment où c'est équitable, qu'on prend en compte la pénibilité, qu'on prend en compte les salaires qui ne l'étaient pas jusqu'à présent", témoigne-t-il pour BFMTV.

Ce Niçois reste prévoyant. "Au cas où je ne puisse pas travailler aussi longtemps que prévu, je mets un peu d'argent de côté pour essayer de prévoir les coups difficiles."

"Il y a une véritable inégalité dans ce projet"

Emmanuel Macron souhaite créer un régime de retraite universel, identique pour tous les actifs avec un système de cotisation par points indexé sur le revenu. Une mesure que Bastien Lachaud, député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, juge inégalitaire. Selon lui, elle ne prendrait pas en compte la pénibilité du travail.

"Les Français les plus pauvres qui vivent treize ans de moins que les Français les plus riches vont cotiser autant mais auront au final une retraite qui durera treize ans de moins. Il y a une véritable inégalité dans ce projet qui met à mal une nouvelle fois notre modèle social", s'indigne-t-il sur BFMTV.

"Cela va engendrer une baisse des pensions"

Mêmes inquiétudes pour certains économistes qui estiment qu'un régime de retraite unique pourrait également engendrer une baisse globale des pensions. C'est l'analyse de Sarah Le Gouez, secrétaire générale du Cercle de l'épargne, centre et d'études et d'information sur l'épargne et la retraite.

"Chaque activité engendre des cotisations qui donneront lieu à des points. Donc c'est l'ensemble de la carrière qui sera pris en compte et non plus les six derniers mois pour les fonctionnaires ou les vingt-cinq meilleures années. Forcément, cela va engendrer -s'il n'y a pas un système de compensation- une baisse du niveau des pensions", pointe-t-elle pour BFMTV.

Quid des régimes spéciaux?

Si l'âge de départ à la retraite devrait être conservé -62 ans- une zone d'ombre demeure: Emmanuel Macron n'a pas précisé comment il comptait réformer les 42 régimes spéciaux, le point le plus sensible de son projet. Le nouveau système de retraites devrait être appliqué à partir de 2025.

Les Français sont invités à apporter leur contribution sur le sujet. Une synthèse sera rendue en fin d'année après une concertation avec les syndicats, pilotée par Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites. De grandes orientations devraient être proposées début 2019 avant le lancement d'une seconde phase de concertation.
Jonathan Dupriez avec C.H.A.