BFMTV

L'ex-UDI Gilles Bourdouleix assimile Macron à Daesh après ses propos sur la colonisation

Le maire de Cholet, Gilles Bourdouleix, est un habitué des sorties polémiques.

Le maire de Cholet, Gilles Bourdouleix, est un habitué des sorties polémiques. - JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Le député-maire de Cholet est un habitué des propos polémiques. En 2013, il avait estimé qu'Hitler n'avait "peut-être pas tué assez" de gens du voyage.

Gilles Bourdouleix n'a jamais fait dans la demi-mesure, et le démontre une fois de plus. Le député-maire de Cholet, ancien membre de l'UDI, a réagi ce jeudi aux propos d'Emmanuel Macron, qui a qualifié la colonisation de "crime contre l'humanité". "Propos indignes sur l'Histoire de la France: Macron est-il le candidat de daesh?", a écrit l'avocat, faisant un parallèle entre le candidat d'En Marche! et l'organisation terroriste. 

Des propos qui ne sont pas passés inaperçus sur le réseau social, mais qui rappellent les précédentes sorties du député non-inscrit. En 2013, Gilles Bourdouleix a démissionné de l'UDI après des propos sur les gens du voyage. Lors d'un déplacement sur un terrain de sa ville où des caravanes avaient été installées, il avait évoqué leur extermination par les nazis, déclarant en substance que "Hitler n'en avait peut-être pas tué assez". En 2015, lors d'un conseil de l'agglomération du Choletais, il avait traité une journaliste de Libération de "petite pétasse".

"Contrairement à ce qu’a écrit une petite pétasse de 'Libération', je ne suis pas un maire anti-gens du voyage", avait-il déclaré. 
Charlie Vandekerkhove