BFMTV

Violences à Paris: "Nous savons que des consignes de retenue ont été données aux policiers", assure Nuñez

Laurent Nuñez sur BFMTV et RMC, le 19 mars.

Laurent Nuñez sur BFMTV et RMC, le 19 mars. - BFMTV

Le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur était l'invité de BFMTV et RMC ce mardi matin.

Invité de BFMTV et RMC ce mardi matin, Laurent Nuñez est revenu sur les violences commises samedi à Paris en marge du 18e week-end de mobilisation des gilets jaunes, et sur les mesures annoncées lundi par le Premier ministre Edouard Philippe. 

"Des scènes de guérilla urbaine"

"Les scènes auxquelles nous avons assisté samedi étaient des scènes d'émeutes, de guérilla urbaine", a estimé le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur. 

"On avait des individus extrêmement déterminés, nous le savions parfaitement, mais nous ne savions pas ou ils allaient se réunir", a fait valoir Laurent Nuñez, alors que la stratégie des forces de l'ordre se retrouve au coeur des critiques. 

"Consignes de retenue"

Et Laurent Nuñez de pointer du doigt des "consignes de retenues" données aux policiers pour la journée de samedi dernier. 

"Après les violences à l'Arc de Triomphe le 1er décembre, nous avions fait évoluer la doctrine (sécuritaire) avec Christophe Castaner. (...) Nous avions convenu d'une doctrine de mobilité, d'interpellations. Cette doctrine samedi n'a pas été exécutée comme nous le demandions", a regretté le secrétaire d'Etat.

"D'autres sanctions" à venir 

Avant d'ajouter: "Nous savons qu'il y a eu des consignes de retenue qui ont été données aux policiers sans que nous les validions. (...) Nous sommes en train de déterminer les responsables".

"C'est un dysfonctionnement", a martelé Laurent Nuñez, précisant qu"'il y aura d'autres sanctions" après le limogeage du préfet de police de Paris Michel Delpuech. 

Des interdictions de manifester dès ce samedi 

Quant aux interdictions de manifester dans certains quartiers, y compris les Champs-Elysées, en cas de présence d'"ultras" annoncées lundi par Edouard Philippe, elles s'appliqueront "dès ce samedi", a annoncé Laurent Nuñez.

"C'est une mesure que nous souhaitons concerter avec les maires, mais il est bien évident que dans les endroits où il y a eu des incidents graves, des troubles à l'ordre public graves, on peut penser qu'il y aura des arrêtés d'interdiction", a-t-il développé.

Interrogé sur le fait que toutes les manifestations sur les Champs-Elysées seront interdites samedi, Laurent Nuñez a répondu: "Oui". "Il faut dépasser le stade de l'interdiction. Ce qui va changer, c'est qu'à chaque fois que nous aurons connaissance qu'un attroupement interdit sera constaté, nous interviendrons", a-t-il indiqué. 

Adrienne Sigel