BFMTV

Sibeth Ndiaye défend le choix d'Emmanuel Macron de s'exprimer dans Valeurs actuelles

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye

La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye - Martin BUREAU / AFP

La porte-parole du gouvernement a été interrogée par France Culture au sujet du long entretien accordé par le chef de l'État à l'hebdomadaire conservateur et qui a troublé une partie de la macronie.

Pour Sibeth Ndiaye, Emmanuel Macron est un "combattant des idées". C'est ce qui justifie, selon la porte-parole du gouvernement, que le chef de l'État puisse accorder une longue interview à un hebdomadaire conservateur comme Valeurs actuelles. Un entretien qui, depuis sa parution jeudi, a troublé une partie de l'entourage présidentiel. 

"J'ai du mal à comprendre (...) la polémique (dont) fait l'objet cette interview, parce que le président de la République a vocation à parler à tous les Français, quelles que soient leurs opinions et d'autant plus, je pense, lorsqu'ils ne partagent pas ses opinions", a défendu Sibeth Ndiaye ce lundi matin sur France Culture

Et l'ex-responsable des relations presse d'Emmanuel Macron de marteler que celui-ci n'a eu de cesse, depuis son élection à la présidence de la République, "de n'occulter aucun débat". Celui autour de l'immigration, remis au cœur de l'actualité par l'intéressé lui-même courant septembre, est une illustration, selon Sibeth Ndiaye, de cette volonté d'aborder les sujets difficiles. 

Parler à "tous les Français"

Pour certains macronistes néanmoins, ou personnalités issues de la gauche, le fait même de s'exprimer dans les colonnes de Valeurs actuelles légitime la ligne droitière que l'hebdomadaire défend, notamment sur l'islam et l'identité. 

"Donc ça veut dire quoi? Ça veut dire que si vous vous exprimez dans Libération, vous êtes forcément de gauche? Ça veut dire que si vous vous exprimez dans Le Figaro, vous êtes forcément de droite? Ça n'a absolument aucun sens", a rétorqué la porte-parole du gouvernement. 

Concevant qu'il y a des lectorats et des lignes éditoriales spécifiques, Sibeth Ndiaye estime qu'il "est aussi important que les responsables politiques parlent à tous les Français et parlent à tous les médias".

"Que dirait-on du président de la République considérant qu'il ne faut pas parler à BFM parce qu'ils ont traité de telle ou telle manière la crise des gilets jaunes? (...) Qu'il ne faut pas parler à CNews, (...) parce que sur CNews, vous avez Eric Zemmour? Mais où va-t-on?", s'est-elle exclamée.

"Eric Zemmour est quelqu'un d'assez malin"

Interrogée sur l'un des propos prêtés à Emmanuel Macron dans le cadre de l'entretien à Valeurs actuelles mais retranchés de la version publiée, notamment sur l'essayiste controversé Eric Zemmour (qualifié d'"intelligent" par le chef de l'État selon L'Opinion), la porte-parole du gouvernement a botté en touche:

"Comme je n'étais pas présente au moment de cet échange, je ne peux pas vous le confirmer. Moi, ce que je considère, c'est qu'effectivement Eric Zemmour est quelqu'un d'assez malin; suffisamment malin pour entraîner une partie, hélas, non négligeable de nos concitoyens dans des aventures xénophobes, (...) à dire que, en fait, il y a une partie des Français qui ne sont pas des bons Français. Par exemple, comme moi."

Jules Pecnard