BFMTV

Petit remaniement en vue au gouvernement

Avec l'aval d'Emmanuel Macron pour prendre la tête de La République en marche, Christophe Castaner devrait bientôt laisser vacantes ses fonctions de porte-parole du gouvernement et de secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement.

Emmanuel Macron a finalement exprimé sa préférence pour Christophe Castaner, actuel secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement, pour prendre la tête de La République en marche.

Si Christophe Castaner doit encore réunir ses parrainages, présenter sa candidature avant le 2 novembre puis être officiellement élu par le conseil national du parti le 18 novembre, son élection ne fait pas grand mystère maintenant que le Président a choisi. "L'Elysée n'a pas à nommer qui que ce soit et ne l'a donc pas fait", n’a toutefois pas manqué de préciser auprès de l'AFP son entourage.

Une fois la décision entérinée, qui remplacera l’élu de Forcalquier au gouvernement? Il n’est déjà pas dit qu’il quitte ses fonctions. Comme il le rappelait sur Public Sénat lundi, "il n’y a pas d’usage sur cette question". La délégation générale de La République en marche étant une "fonction bénévole", Christophe Castaner a avancé que "celui ou celle qui en prendra la responsabilité aura d’autres activités".

Qui au porte-parolat, qui aux relations avec le Parlement?

L’emploi du temps risque néanmoins d’être chargé et il y a peu de chances qu’il puisse cumuler les fonctions de chef de parti, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement.

Son départ pourrait donc mener à un mini-remaniement, au moins pour reprendre le porte-parolat. Benjamin Griveaux, également pressenti un temps pour la tête de la République en marche et actuellement secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, pourrait reprendre le flambeau. "De toute façon, les relations de Griveaux et Le Maire sont tendues", confie un ministre dans Le Parisien de ce mercredi.

Si celui-ci venait à lâcher l’Economie, le nom d’Amélie de Montchalin circule. La députée de l’Essonne défend actuellement le budget à l’Assemblée et est "une interlocutrice privilégiée" selon le cabinet de Bruno Le Maire, cité par Le Figaro.

Quant aux relations avec le Parlement, pour l’heure tenues par Castaner, le Canard enchaîné de ce mercredi évoque les noms de Jacqueline Gourault, ministre auprès de Gérard Collomb, et Jacques Mézard, en charge de la Cohésion des territoires. "Il ne fait aucun mystère qu’il n’est pas heureux dans le gouvernement, du moins dans cette fonction", affirme un parlementaire LaREM au Parisien.

"Emmanuel Macron pourrait le sortir pour faire monter Julien Denormandie", continue la même source. Le secrétaire d’Etat de 37 ans a annoncé jeudi dernier qu’il n’était pas candidat pour prendre la tête de La République en marche, rappelant qu’il a "de grands chantiers au ministère".

Liv Audigane