BFMTV

Nutella répond aux critiques de Ségolène Royal

Les attaques de Ségolène Royal contre le Nutella ont provoqué la colère du groupe Ferrero.

Les attaques de Ségolène Royal contre le Nutella ont provoqué la colère du groupe Ferrero. - Fred Dufour - AFP

Lundi sur Canal +, la ministre de l'Ecologie et de l'Environnement Ségolène Royal s'en est pris à la célèbre pâte à tartiner. Le groupe Ferrero réplique.

Faut-il arrêter de manger du Nutella? Pour Ségolène Royal la réponse est oui: "il faut arrêter de manger du Nutella parce que c'est de l'huile de palme", a lancé lundi la ministre de l'Ecologie et de l'environnement sur Canal+. "L'huile de palme a remplacé les arbres, c'est des dégâts considérables en terme de déforestation. Il faut qu'ils utilisent d'autres matières premières".

Le groupe Ferrero, propriétaire de la marque de pâte à tartiner, a moyennement apprécié. Sans commenter directement les propos de la ministre, Ferrero fait savoir dans un communiqué qu'il était "tout à fait conscient des enjeux environnementaux", et qu'il veillait à "la traçabilité de ses matières premières" notamment via la Table ronde pour une huile de palme durable (RSPO), qui assure une certification des produits.

Une "grave attaque"

L'attaque de Ségolène Royal a également déclenché la colère de certains responsables politiques italiens. Le député du parti démocrate, Michele Anzaldi, membre de la commission des affaires agricoles, a demandé les "excuses" de la ministre pour cette "grave attaque" à "une excellence italienne".

Ce n'est pas la première fois que la France s'en prend au Nutella. En 2012, les sénateurs avaient adopté une taxe sur les produits à base d'huile de palme, entraînant de nouveau la colère du groupe Ferrero. La taxe avait finalement été abandonnée. En juillet 2013, Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre, avait assuré que la France ne reviendrait pas dessus. Les temps auraient-ils changé?

A. K.