BFMTV

Mort de Clément Méric: Valls veut "s’attaquer à ces idées nauséabondes"

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls. - -

Invité de RMC, le ministre de l'Intérieur a confirmé que Clément Méric avait été agressé par "un groupe de skinheads". Manuel Valls évoque la possibilité de dissoudre les groupuscules d'extrême droite.

Après la mort du jeune militant d'extrême gauche Clément Méric, agressé mercredi soir, Manuel Valls a confirmé vendredi sur RMC l'interpellation de deux femmes et cinq hommes, "apparentés à des groupes d'extreme droite".

"C'est bien un groupe de skinheads", a insisté le ministre de l'Intérieur, ajoutant des précisions sur la bagarre mortelle. "Un coup a tué, c'est une certitude. L'intention devra être établie".

Les mouvements d'extrême droite "en train de ressurgir"

A gauche, certains ont critiqué l'influence du mouvement d'opposition au mariage homosexuel, accusé d'avoir participé à la résurgence des groupuscules radicaux.

"Depuis plusieurs mois, nous avons vu des groupes d’extrême droite apparaître en marge des manifestations contre le mariage pour tous", a affirmé pour sa part Manuel Valls.

"Il faut s’attaquer à ces idées nauséabondes", a estimé le ministre de l'Intérieur. "Ce type de mouvements est en train de ressurgir. Il faut les combattre par l’état de droit", a-t-il déclaré, expliquant "étudier la possibilité de [les] dissoudre".

A LIRE AUSSI:

>> Agression de Clément Méric: le point sur l'affaire

>> D'extrême droite et d'extrême gauche, les skinheads veulent en découdre

>> Groupuscules d'extrême droite: la dissolution est possible mais risquée

M.D.