BFMTV

L'antisèche actu - Le Drian en Centrafrique et la pollution qui perdure

Retrouvez chaque matin l'antisèche actu du jour.

Retrouvez chaque matin l'antisèche actu du jour. - -

Pour être certain d'assurer à la machine à café dès votre arrivée au bureau, ne manquez pas l'antisèche de BFMTV.com. Nous avons sélectionné pour vous les infos dont vous allez entendre parler aujourd’hui.

> La grosse actu: Le ministre de la Défense en Centrafrique

Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.
Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense. © -

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est attendu ce vendredi matin à Bangui, où il doit s'entretenir avec les autorités de transition en Centrafrique et rencontrer les forces françaises déployées dans le pays.

Jean-Yves Le Drian doit notamment s'entretenir avec le président centrafricain de transition, Michel Djotodia, ex-chef de la rebellion Séléka. Dans la soirée, il se rendra au Tchad, où il rencontrera le président Idriss Deby.

> L'histoire du jour - Suspectée d'avoir empoisonné neuf pensionnaires d'une maison de retraite

La maison de retraite Le Césalet où ont été perpétrés les neuf empoisonnements présumés.
La maison de retraite Le Césalet où ont été perpétrés les neuf empoisonnements présumés. © -

Une aide-soignante d'une maison de retraite près de Chambéry a été mise en examen et écrouée jeudi pour avoir empoisonné neuf de ses pensionnaires, dont six mortellement, expliquant avoir voulu "soulager leurs souffrances" sans parler d'euthanasie.

Les six décès sont intervenus depuis octobre au sein de l'établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Le Césalet, à Jacob-Bellecombette (Savoie), qui dépend du centre hospitalier de Chambéry.

La suspecte, âgée de 30 ans et employée de l'Ehpad depuis l'été 2012, a reconnu devant la police judiciaire avoir administré "un cocktail de psychotropes" à neuf pensionnaires, dont trois ont survécu. Aucun autre cas d'empoisonnement n'est envisagé par les enquêteurs.

> Le point pollution - L'alerte maintenue sur l'Île-de-France

L'Île-de-France en alerte à la pollution aux particules durant trois jours cette semaine.
L'Île-de-France en alerte à la pollution aux particules durant trois jours cette semaine. © -

L'épisode de pollution aux particules, favorisé par un temps froid, sec et sans vent, va continuer vendredi en région parisienne, a indiqué Airparif, agence régionale de surveillance de la qualité de l'air. En Ile-de-France, "un épisode aussi long, c'est assez rare avec des niveaux aussi soutenus. La dernière fois, c'était en décembre 2007 avec des conditions météorologiques similaires", a indiqué Fabrice Joly, ingénieur à Airparif.

En 2013, le seuil d'alerte n'avait été déclenché qu'une seule fois avant cet épisode, le 3 décembre. Il l'avait été quatre fois en 2012, et jamais en 2011 et 2010.

> Le point business: les grandes manœuvres se précisent chez PSA

Calendre de Peugeot.
Calendre de Peugeot. © -

Nouveaux épisodes dans le feuilleton PSA-Dongfeng. Jeudi 12 décembre, le constructeur automobile a confirmé se pencher sur une augmentation de capital et a cité son homologue chinois Dongfeng comme possible nouvel actionnaire.

Plusieurs péripéties ont ensuite montré que PSA prépare grandement ce tournant. La société a annoncé une dépréciation de ses comptes de 1,1 milliard d'euros lors de la publication de ses prochains résultats annuels. Une façon de faire le ménage avant une importante échéance.

Surtout, General Motors, entreprise alliée à PSA, a d'abord fait savoir qu'elle ne s'opposerait pas une éventuelle augmentation du capital. Puis, en fin de journée, elle annoncé avoir vendu les 7% qu'elle détenait dans le groupe français. La voie est donc libre…

> L'agenda judiciaire - Verdict attendu dans l'affaire "Andy", meurtrier de sa famille

Aux assises d'Aix, le parquet a retenu une "altération du discernement" sans pour autant le reconnaître irresponsable.
Aux assises d'Aix, le parquet a retenu une "altération du discernement" sans pour autant le reconnaître irresponsable. © -

L'avocat général a requis jeudi de 12 à 15 ans de réclusion contre Andy, jugé en appel à Aix-en-Provence pour le meurtre, à 16 ans, de toute sa famille en Corse, pointant les "mensonges" de l'accusé.

En première instance, la cour d'assises des mineurs de Corse-du-Sud avait considéré, en 2012, le jeune homme "irresponsable pour un trouble mental ayant aboli le discernement au moment des actes", malgré les 18 ans de prison réclamés par l'avocat général.

Le verdict est attendu ce vendredi. Autre verdict ce vendredi, celui du procès de huit jeunes hommes accusés de viols collectifs sur deux adolescentes à la fin des années 1990. Ils comparaissent en appel devant la cour d'assises des mineurs de l'Essonne dans l'affaire dite des "tournantes de Fontenay".

D. N.