BFMTV

Climat: Élisabeth Borne appelle les militants d'Extinction Rebellion à ne "pas se tromper de combat"

Invitée de BFMTV et RMC, la ministre de la Transition écologique et solidaire a réagi à l'occupation de la place du Châtelet par ce mouvement écologiste qui mène des actions dans le monde entier.

Élisabeth Borne semble vouloir éviter de condamner en bloc les actions des militants écologistes. Invitée de BFMTV et RMC ce mardi, la ministre de la Transition écologique et solidaire a réagi à l'occupation, par le mouvement Extinction Rebellion, de la place du Châtelet depuis la veille. "Que les gens se préoccupent du climat, je ne peux pas être contre. Au contraire, je pense que c'est une préoccupation qu'il faut qu'on partage tous", a-t-elle entamé.

"Après, quels sont les messages? Quand j'entends, 'il faudrait reconnaître l'urgence écologique et climatique'... On l'a inscrit dans la loi. Quand on nous dit, 'il faudrait mettre en place des assemblées citoyennes', (...) ça tombe bien, ce week-end, on a installé une convention citoyenne de 150 Français qui vont réfléchir aux solutions qu'on peut proposer. (...) Faut pas non plus se tromper de combat." 

Selon Élisabeth Borne, les slogans "importés d'autres pays" que brandissent les militants d'Extinction Rebellion ne sont pas applicables à la situation française.

"C'est très important de se mobiliser sur le climat, (...) c'est aussi important de tenir compte de ce qui est fait. (...) Je ne peux pas non plus être d'accord s'il y a des actions violentes, des actions de blocages", a conclu la ministre sur le sujet. Tout jeune mouvement, Extinction Rebellion a cependant pour mode opératoire des actions radicales mais non-violentes.

Greta Thunberg, "une force pour agir"

Interrogée par ailleurs sur la militante Greta Thunberg, dont le nom fait partie de ceux évoqués pour le prochain prix Nobel de la paix, Élisabeth Borne a affirmé que la Suédoise avait eu un rôle "très important" dans la mobilisation de la jeunesse sur les enjeux climatiques. Une "prise de conscience" très positive selon la ministre, plus amène à son égard que certains de ses collègues du gouvernement.

"On doit aussi passer à l'étape d'après, se dire 'qu'est-ce que chacun propose comme solution'. (...) Cette prise de conscience de la jeunesse, c'est très bien, c'est un levier important, pour moi c'est une force pour agir sur la transition écologique, mais il faut passer à autre chose, (...) qu'on construise des solutions qui permettent cette transition écologique sur le bord de la route."
Jules Pecnard