BFMTV

Gilets jaunes: Mélenchon qualifie le mouvement de "révolution citoyenne"

Jean-Luc Mélenchon a estimé ce samedi que le mouvement des gilets jaunes était "inédit" et que les violences à Paris étaient elles "résiduelles".

Le chef de file de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé ce samedi l'"incroyable acharnement contre les manifestants pacifiques place de l'Etoile" en haut des Champs-Elysées où de violents heurts ont éclaté en marge de la mobilisation des "gilets jaunes".

"Incroyable acharnement contre les manifestants pacifiques Place de l'Étoile", a écrit sur Twitter le leader des Insoumis. "Pour bien comprendre: Place de l'Étoile, les manifestants sont encerclés dans une nasse et bombardés sans issue. Le pouvoir veut un grave incident pour jouer la peur", a-t-il ajouté dans un deuxième message.

Une "révolution citoyenne"

Jean-Luc Mélenchon a également estimé depuis sa circonscription de Marseille où il se trouve ce samedi, que le mouvement "n'est pas que parisien" et l'a qualifié de "révolution citoyenne".

"Je vois que la détermination des gens ne faiblit pas. Et l'autre signal de l'enracinement de ce mouvement, c'est la place des femmes", a-t-il expliqué.

Ce dernier a appelé le Président et le Premier ministre à "céder", estimant que les violences de ce samedi sur la place de l'Etoile étaient "résiduelles": "Il y a des incidents dans un coin de Paris, mais il n'y en a pas à Marseille et nulle part ailleurs."

Le "soutien entier" des Républicains

Le porte-parole des Républicains (LR) Gilles Platret a jugé de son côté que "les images de violence exacerbée au pied de l'Arc de Triomphe, symbole de la gloire française profané par des hordes de casseurs" étaient "une honte", tout en indiquant que les Républicains réaffirment leur entier soutien aux revendications des vrais "gilets jaunes" sur le pouvoir d'achat".

"Il est impératif, aujourd'hui plus que jamais, que le gouvernement de la République fasse un geste significatif en direction des justes réclamations des "gilets jaunes", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le président des Patriotes Florian Philippot a estimé que le président Emmanuel "Macron cherche l'incident à Paris". "Mais le monde partout en région, et la bonne ambiance qui y règne ne trompent pas: Macron est haï, et le mouvement populaire est d'une puissance croissante et redoutable", a-t-il ajouté sur Twitter.

Des centaines de manifestants ont affronté dès le début de la matinée les forces de l'ordre sur la place de l'Étoile à Paris et autour de l'Arc de Triomphe qui ont été noyés sous des nuages de lacrymogène.

Manon Fossat avec AFP