BFMTV

Gérard Collomb sur son accord avec LR: "Emmanuel Macron m'a appris la transgression"

Gérard Collomb

Gérard Collomb - JEFF PACHOUD / AFP

Au lendemain de la signature d'un accord entre Gérard Collomb, Yann Cucherat et les candidats LR au second tour des élections municipales et métropolitaines, l'actuel maire est revenu sur les raisons de cette union.

Gérard Collomb s'attendait à ce que sa décision reçoive un accueil houleux. Mais son choix de s'allier - avec son compère Yann Cucherat - aux candidats Les Républicains (LR) François-Noël Buffet et Étienne Blanc en vue du second tour des élections municipales et métropolitaines était selon lui guidé par la nécessité, alors que "la France est plongée dans une crise profonde".

"Bien sûr que je comprends les réactions", a déclaré Gérard Collomb au micro de RTL ce vendredi, au lendemain de l'officialisation de son alliance avec LR. Mais il fallait que l'on puisse "dépasser nos oppositions et qu'on puisse se réunir pour sauver cette ville et lui permettre de repartir de l'avant", a-t-il poursuivi.

Ce constat alarmiste l'a amené à nouer des liens inattendus avec un candidat qu'il avait battu à trois reprises. Il assure pourtant n'avoir "pas hésité un instant" avant de rejoindre ses rangs, avant de mettre à nouveau l'emphase sur la "période de crise" actuelle.

"Mais en même temps..."

Par ailleurs, Gérard Collomb s'est peu ému d'avoir été déchu de l'investiture La République en Marche, à l'instar de Yann Cucherat, toujours en course pour la mairie de Lyon. L'édile y voit un parallèle avec son départ du Parti socialiste (PS) pour rejoindre LaREM, en 2017. "Oui, il m’est arrivé déjà quelques aventures de ce genre… La dernière fois, c’était lorsque j’ai soutenu Emmanuel Macron pour la présidentielle, donc peut-être que c’est lui aussi qui m’a appris la transgression", s'est-il amusé.

La volonté de "bâtir une grande unité pour faire face à la crise" avec LR n'est selon lui pas incompatible avec les combats politiques qu'il portait jusque-là. "Je viens d’une famille ouvrière de gauche, je porte des valeurs de gauche. Lui, il (François-Noël Buffet, ndlr) vient d’une autre milieu, d’histoires différentes." Et l'élu de reprendre l'expression rendue célèbre par Emmanuel Macron: "Mais en même temps, c’est quelqu’un qui n’est pas fermé qui n’est pas sur une attitude réactionnaire, qui au contraire voit l’évolution de la société".

Après près de 20 ans à la tête de la ville de Lyon, Gérard Collomb reconnaît que le passage de témoin est "douloureux": "Mais à un moment donné, la ville l'exige, le territoire l'exige, nos populations l'exigent."

Florian Bouhot