BFMTV

"Gaulois réfractaires au changement": l'opposition indignée par les propos de Macron

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - LUDOVIC MARIN / AFP

Après les propos d'Emmanuel Macron sur les "Gaulois réfractaires au changement", prononcés lors de son déplacement au Danemark, l'opposition dénonce le "mépris" du président de la République pour le peuple français.

Ce nouveau coup de serpe suscite une levée de boucliers dans l'opposition: renouvelant mercredi ses propos sur un peuple qu'il juge hostile aux réformes, Emmanuel Macron a ironisé depuis le Danemark sur "les Gaulois réfractaires au changement". Sur Twitter, élus de La France insoumise et représentants de l'extrême droite n'ont pas goûté cette potion.

"Mépris"

"Les 'Gaulois' vont se faire un plaisir de répondre à son arrogance et à son mépris", clame ainsi la présidente du Rassemblement National Marine Le Pen.

"Macron devrait se méfier du 'Gaulois': il a une potion magique qui s’appelle le bulletin de vote et qui permet de mettre de mémorables raclées électorales...", renchérit son ancien bras droit Florian Philippot, désormais à la tête des Patriotes, rebaptisés "Patriotix" pour l'occasion.

"Après les "alcooliques", les "illettrés", "ceux qui ne sont rien", les Français sont... des "Gaulois réfractaires au changement" ! Jusqu'où ira ce mépris indigne de la fonction présidentielle ?", s'est étranglé de son côté le député de l'Essonne et président de Debout la France Nicolas Dupont-Aignan.

"Humiliation"

À gauche, même son de cloche dans les rangs insoumis:

"En écoutant Macron au Danemark se moquer une nouvelle fois du Peuple français, on en vient finalement a une alternative simple: soit on change le Peuple, soit on change le Président", écrit ainsi l'insoumis Alexis Corbière.

"Une nouvelle fois depuis l’étranger, Macron humilie les Français", dénonce lui aussi le député du Nord Adrien Quatennens. Toujours sur Twitter, l'anticapitaliste Olivier Besancenot invite avec humour à "empêcher le barde de chanter trop fort à la rentrée".

"Deux poids deux mesures"

Chez Les Républicains, le fidèle sarkozyste Roger Karoutchi s'en tient quant à lui à dénoncer un "deux poids deux mesures": "Donc quand Nicolas Sarkozy évoquait nos ancêtres les Gaulois c’était inacceptable... mais quand à l’étranger, Emmanuel Macron parle des Gaulois réfractaires au changement, c’est limite riant ?", s'émeut-il sur Twitter, omettant de préciser que la sortie de son champion - "Dès que l'on devient français, nos ancêtres sont gaulois" - n'avait, elle, rien d'humoristique.

Louis Nadau