BFMTV

Macron se pose en "opposant principal" d'Orban et de Salvini

En déplacement au Danemark, le chef de l'Etat a répondu qu'il ne "céderait rien aux nationalistes".

A moins d'un an des élections européennes, Emmanuel Macron se pose en opposant aux dirigeants hongrois et italien Viktor Orban et Matteo Salvini. Une réponse aux déclarations du premier cité, affirmant que le second, ministre de l'Intérieur et vice-président italien, était son "héros et compagnon de route", et Emmanuel Macron son adversaire principal en Europe.

"Je ne céderai rien aux nationalistes et à ceux qui prônent ce discours de haine", a rétorqué Emmanuel Macron, en visite au Danemark. "S'ils ont voulu voir en ma personne leur opposant principal, ils ont raison". 

"Du sérieux et de l'esprit de responsabilité"

"Si on considère qu'il y a en France l'ennemi du nationalisme, de la politique de haine, de l'Europe qui doit payer ce qui nous arrange et n'imposerait aucune forme de responsabilité et de solidarité, ils ont raison", a poursuivi mercredi Emmanuel Macron, avant de détailler:

"Nous aurons dans les prochains jours et les prochains mois à prendre des décisions en profondeur pour traiter le sujet des migrations, cela suppose du sérieux et de l'esprit de responsabilité, en restant attaché à nos valeurs, comme le droit d'asile, avec une vraie politique vis-à-vis des pays d'origine et en interne. Ce n'est pas ce que proposent messieurs Orban et Salvini."

Un conseil européen se tiendra le 20 septembre à Salzbourg sur ce dossier qui fracture les 27.

A. K. avec AFP