BFMTV

Quand Marine Le Pen qualifie Florian Philippot de "type qui a créé une association"

Marine Le Pen et Florian Philippot le 29 avril 2015 au Parlement européen.

Marine Le Pen et Florian Philippot le 29 avril 2015 au Parlement européen. - FREDERICK FLORIN / AFP

Les relations entre la présidente et le vice-président du FN ne sont pas au beau fixe depuis la présidentielle.

Rien ne va décidément plus dans la famille Front national. Depuis la création par Florian Philippot de sa propre association au sein du parti, Les Patriotes, annoncée le 15 mai dernier, les tensions entre le numéro 2 et Marine Le Pen se multiplient. Il suffit pour le voir de se pencher sur les petites phrases échangées par interlocuteurs interposés.

Le Parisien révélait il y a quelques jours que leur relation n'était pas au beau fixe, Marine Le Pen étant furieuse d'avoir eu vent de l'association une demie-heure seulement avec l'annonce officielle. Ce jeudi, RTL rapporte que tout en essayant de minimiser les tensions internes, la présidente du Front national a utilisé en privé un terme qui en dit long sur son opinion actuelle.

"Quant aux divisions, elles se limitent à un type qui a créé une association", a-t-elle lâché selon la radio.

Le "chantage" puis l'avertissement de Philippot

Le type en question, c'est bien sûr Florian Philippot, son bras-droit et vice-président du FN, parfois surnommé par les observateurs du parti le "numéro 1 bis". Le micro-parti, qu'il espère ouvrir au-delà des rangs frontistes, a pour vocation officielle de porter le message de Marine Le Pen et de la soutenir "dans la refondation du FN". L'association prône notamment l'abandon de l'euro en France, un sujet sur lequel Marine Le Pen ne défend plus la même ligne que Florian Philippot.

Il a d'ailleurs annoncé qu'il partirait du FN en cas d'abandon de cette proposition. Une déclaration que le secrétaire général du FN, Nicolas Bay, avait qualifiée de "chantage". Le vice-président ne démord pas et conseillait mercredi à Marine Le Pen de ne pas lâcher cette idée, au risque d'effrayer les Français. 

A quelques mois du prochain congrès du FN prévu pour 2018 et qui doit acter la "transformation profonde" du parti annoncée par Marine Le Pen au lendemain de la présidentielle, le feuilleton ne semble pas près de s'arrêter. 
Charlie Vandekerkhove