BFMTV

Nicolas Bay condamné par la Cour de justice européenne pour avoir voté à la place de Marine Le Pen

Marine Le Pen et Nicolas Bay au Parlement européen à Strasbourg en avril 2017

Marine Le Pen et Nicolas Bay au Parlement européen à Strasbourg en avril 2017 - Sébastien Bozon-AFP

Nicolas Bay, député européen d'extrême droite, a été condamné par la Cour de justice de l'Union européenne ce jeudi pour avoir voté à cinq reprises, en octobre 2015, à la place de Marine Le Pen, également députée européenne et présidente du Front national, qui siège à côté de lui et qui était alors absente de l'hémicycle strasbourgeois.

Comme le rappelle le Parlement européen, "il n'est pas possible de participer aux votes sur les décisions du Parlement européen sans être présent aux sessions plénières". Les votes, lorsqu'ils ne se déroulent pas à main levée, s'effectuent à l'aide d'une carte électronique nominative que chaque élu doit insérer dans un appareil placé devant lui.

Secrétaire général du FN, Nicolas Bay a donc perdu le droit à son indemnité de séjour pour une durée de cinq jours, soit environ 1.500 euros assure-t-il à BFMTV.com -le montant de cette indemnité étant de 4.342 euros par mois, indique le site du Parlement.

Un arrêt de la Cour de justice "extravagant"

Nicolas Bay contestait cette sanction, déjà exécutée, qui lui avait été infligée en mars 2016 par le Parlement. Et nie avoir voté à la place de Marine Le Pen. Pour sa défense, il a assuré qu'il n'existait "aucune preuve matérielle démontrant les faits reprochés", assure la Cour de justice. 

Nicolas Bay a réagi pour BFMTV.com et assuré que cet arrêt de la Cour de justice était "extravagant". Il conteste "formellement" les accusations, envisage de faire appel et accuse Marcel de Graaf, le député néerlandais et l'autre voisin de Marine Le Pen qui a reconnu avoir voté à sa place.

"J'avais introduit un recours contre cette décision que je trouve scandaleuse. Cette procédure viole toutes les règles de droit les plus élémentaires dont celle d'avoir le droit à un procès équitable. Elle a consisté à ne pas me faire parvenir les pièces ou à me permettre de les consulter de façon parcellaire."

Quatre témoins ont affirmé avoir vu Nicolas Bay voter avec la carte de vote de Marine Le Pen et deux, dont un des précédents, ont indiqué l'avoir entendu admettre qu'il avait utilisé cette carte.

"C'est tellement scandaleux, a répété Nicolas Bay pour BFMTV.com. La procédure donne raison à des témoignages émanant d'adversaires politiques, sans aucun élément de preuve, en pleine campagne électorale. Cela montre que la justice européenne n'en a que le nom."

Céline Hussonnois-Alaya