BFMTV

Le "FNPS" brandi par Nicolas Sarkozy "n'a aucun sens", réagit Florian Philippot

Florian Philippot, vice-président du Front national juge que la formule "FNPS" est "du grand n'importe quoi".

Florian Philippot, vice-président du Front national juge que la formule "FNPS" est "du grand n'importe quoi". - BFMTV

Le vice-président du Front national juge que le concept de "FNPS" brandi par Nicolas Sarkozy est "du grand n'importe quoi". "Nicolas Sarkozy veut toujours courir derrière nous, mais il le fait à chaque fois mal", réagit Florian Philippot sur BFMTV lundi.

C'est avec ironie que Florian Philippot a choisi de réagir lundi à la formule de 'FNPS" brandie par Nicolas Sarkozy dans une interview au Figaro.

"Nicolas veut toujours courir derrière nous, mais il le fait à chaque fois mal, ça se traduit par du grand n'importe quoi à moins qu'il ne vise le prix de l'humour politique 2015 ou qu'il soit victime du décalage horaire retour conférence rémunérée au Qatar. Ça n'a évidemment aucun sens", a commenté le vice-président du Front national sur BFMTV lundi.

Une formule "comique" selon Philippot

"Voter pour le FN au premier tour, c'est faire gagner la gauche au second. C'est le FNPS ! Voter pour l'UMP n'a jamais en revanche fait gagner la gauche. Voter FN, si. La seule réalité électorale, c'est le FNPS", a affirmé le président de l'UMP au Figaro alors que la présidente du FN, Marine Le Pen, emploie très souvent l'expression "UMPS" pour renvoyer dos à dos UMP et PS.

Florian Philippot juge cette formule est "d'autant plus comique" deux semaines après l'élection partielle dans le Doubs, où "l'UMP y compris Nicolas Sarkozy (..) a fait voter socialiste au second tour face au Front national".

"Il y a un bien un axe UMPS qui n'est pas seulement un slogan mais une réalité politique contre laquelle les Français vont s'élever lors des élection départementales", ajoute-t-il.

Nouveau dérapage d'un élu FN au Mans

Invité à se prononcer sur les nombreux dérapages commis par des candidats FN pour les élections départementales, Florian Philippot botte en touche et estime que le parti à la flamme a pris ses responsabilités. Et d'ajouter: "99.9% de nos candidats sont des hommes et des femmes qui font un travail et une campagne remarquable", poursuit-il.

Les dérapages ne concernent pas seulement les candidats mais aussi les élus. Le dernier ne date a eu lieu au Mans où au cours d’une discussion sur la charte LGBT lors du conseil municipal, Louis Nogués, élu frontiste a assuré que homosexualité et zoophilie "cela revient au même".

K. L.