BFMTV

IVG, Planning familial, mariage homo: quand Marine Le Pen désavoue les propos de sa nièce

Marion Maréchal Le Pen et Marine-Le Pen ont souvent montré des désaccords sur des sujets majeurs.

Marion Maréchal Le Pen et Marine-Le Pen ont souvent montré des désaccords sur des sujets majeurs. - BERTRAND LANGLOIS / AFP

Marine Le Pen a recadré lundi les propos de Marion Maréchal-Le Pen sur le remboursement de l'IVG. La députée du Vaucluse veut revenir dessus, alors que la présidente du Front national s'y oppose. Une situation qui n'est pas nouvelle, Marine Le Pen ayant à plusieurs reprises désavoué des propos de sa nièce.

"Il n'y aura aucune modification, ni du périmètre, ni de l'accès, ni du remboursement de l'IVG". Cette phrase de Marine Le Pen, publiée lundi sur le blog Droite(s) extrême(s) du Monde, ne tombe pas par hasard. Elle fait suite aux propos de Marion Maréchal-Le Pen qui, dans un entretien au quotidien catholique Présent, évoquait sa volonté de "revenir sur le remboursement intégral et illimité de l’avortement car les femmes sont des êtres responsables qui doivent être traités comme tels."

Ce n'est pas la première fois que la députée du Vaucluse fait une déclaration qui ne cadre pas avec le programme du Front national ou les propositions émises pour l'instant par Marine Le Pen. Et c'est souvent sur les sujets de société que les deux femmes s'opposent.

D'accord sur le fond, plus sur la forme

Certains, au FN, soutiennent Marion Maréchal-Le Pen. D'autres veulent minimiser au contraire ses prises d'autonomie, comme Gilbert Collard, qui distingue programme politique et "clause de conscience" et a déclaré ce mercredi sur BFMTV et RMC que la députée "assume totalement le programme de Marine Le Pen". Mais un message persiste: plusieurs lignes s'affrontent au sein du parti.

A moins que Marine Le Pen veuille surtout préserver son travail de dédiabolisation, en remisant des idées qu'elle avait elle-même défendues par le passé, mais qui ne collent plus à l'image qu'elle veut donner pour sa campagne en vue de 2017.

En 2011, dans une interview au quotidien La Croixelle tenait pourtant peu ou prou les mêmes propos que sa nièce dans Présent. "Je pense également qu'il faut cesser de rembourser l'avortement. Il existe suffisamment de moyens de contraception aujourd'hui", déclarait-elle. 

Sur le mariage homo et la polygamie

En mars dernier, le même scénario s'était joué, à propos cette fois du mariage des couples de même sexe. Le 16 mars, Marion Maréchal-Le Pen avait tracé un parallèle entre l'ouverture du mariage aux homosexuels et la polygamie, alors qu'elle s'exprimait à Milan aux côtés des xénophobes de la Ligue du Nord. 

"Nous souhaitons conserver le mariage comme cadre juridique de protection de la famille et de la filiation et ne pas en faire une reconnaissance sociale de l'amour, si je puis dire, qui ouvre la voie à de très nombreuses dérives. D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie", avait-elle déclaré.

  • La réponse de Marine Le Pen ne s'était pas fait attendre. La présidente du Front national avait répliqué le lendemain, sur RTL. "On est très très loin de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays, Dieu merci", avait-elle réagi.

Pourtant, comme l'avait fait valoir le journaliste qui l'interviewait, Marine Le Pen avait elle-même fait ce parallèle en 2011. Quant aux propos de Marion Maréchal-Le Pen sur l'IVG, un dirigeant du parti interrogé par l'AFP souligne "le programme présidentiel n'est pas sorti, Marion Maréchal-Le Pen n'a fait que répéter ce que disait Marine Le Pen en 2012". 

Sur le financement du Planning familial

En novembre 2015, même configuration, lorsque la députée du Vaucluse avait proposé, en vue des législatives, de supprimer les subventions au Planning familial - et aux associations LGBT - si elle était élue en région PACA. Interrogée sur le fait de savoir si elle ferait la même chose dans sa région, Marine Le Pen avait tenté d'esquiver la question de fond.

"Non je vais vous dire, j'ai beaucoup d'autres choses à faire, beaucoup plus importantes que ça, à la tête de ma région", avait-elle répondu. "Il y a une proposition qui est celle de la tête de liste PACA. Ce n'est pas dans les projets du Front national", avait-elle précisé. 

Ce problème de divergence de ton plus que de fond ne date donc pas d'hier, et ne risque pas de disparaître. Sauf que dans quelque temps, pour Marion Maréchal-Le Pen, l'excuse du programme non défini de Marine Le Pen ne fonctionnera plus. 

dossier :

Marine Le Pen

Charlie Vandekerkhove