BFMTV

Marion Maréchal-Le Pen dérape sur le mariage homosexuel

Lors d'un voyage en Italie, la députée Front national a mis en garde contre la volonté de faire du mariage "une reconnaissance sociale de l'amour." "D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie", a-t-elle dit.

La députée du Front national Marion Maréchal-Le Pen a dit craindre mercredi que la reconnaissance du mariage homosexuel "ouvre la voie à de très nombreuses dérives", dont des demandes de reconnaissance de la polygamie, lors d'une conférence de presse à Milan avec ses alliés de la Ligue du Nord.

"Parmi les autres valeurs que nous défendons, il y a la famille traditionnelle et naturelle", a affirmé Marion Maréchal-Le Pen, en visite de trois jours en Italie.

L'élue du Vaucluse était entourée par des responsables de la Ligue du Nord, l'allié anti-immigrés et anti-européen du FN au Parlement européen, au pouvoir en région Lombardie.

"Nous souhaitons conserver le mariage comme cadre juridique de protection de la famille et de la filiation et ne pas en faire une reconnaissance sociale de l'amour, si je puis dire, qui ouvre la voie à de très nombreuses dérives. D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie", a dit craindre la petite-fille de Jean-Marie Le Pen. 

Une déclaration relativisée par Marine Le Pen. "On est très, très loin de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays", a dit jeudi la présidente du FN. "Ce débat je crois, honnêtement, on y a passé énormément de temps, a déclaré Marine Le Pen sur RTL. "Tout le monde a dit ce qu'il avait à dire. En l'occurrence l'Italie est aujourd'hui en débat sur ce sujet (...), mais je crois qu'en France, c'est bon, on a vraiment dit tout ce qu'on avait à dire".

Le FN promet d'abroger le mariage homosexuel

Au lendemain d'une réunion publique à Rome, Marion Maréchal-Le Pen était interrogée sur les points communs entre la vision défendue par le Front national et celle de la Ligue du Nord.

"Nous avons en commun l'attachement à la patrie et à la souveraineté, la contestation de l'UE (...) qui va selon nous à l'encontre des intérêts nationaux et des peuples", avait relevé tout d'abord la députée du Vaucluse.

FN et Ligue du Nord veulent une "remise en cause de Schengen, de l'euro et de la monnaie unique, la fin de la libre-circulation des biens, des hommes et des capitaux", selon la députée de 26 ans, qui a aussi noté le "refus" par les deux formations "de l'arrivée massive d'une population qui viendrait presque en remplacer une autre sur une partie du territoire", source, selon elle, de "conflits".

Le FN assure depuis le mouvement de 2012-2013 contre l'ouverture du mariage aux homosexuels que s'il arrivait au pouvoir, il abrogerait la loi Taubira. Marine Le Pen, Florian Philippot et le FN en tant que tel n'avaient pas participé officiellement aux cortèges, même si nombre de dirigeants frontistes avaient foulé le pavé.

Marine Le Pen avait dit de manière remarquée en 2010 que "dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc", mais elle s'était elle aussi déjà demandé si ouvrir le mariage aux homosexuels ne conduirait pas à l'autorisation de la polygamie.

V.R. avec AFP