BFMTV

Des proches de Marine Le Pen accusés d'avoir créé une fausse vidéo pour déstabiliser Macron

Philippe Vardon et Marine Le Pen le 13 février 2017 à Nice.

Philippe Vardon et Marine Le Pen le 13 février 2017 à Nice. - VALERY HACHE / AFP

La présidente du FN évoque aujourd'hui une "parodie". En mars, son directeur de campagne avait publié une vidéo sur son compte Twitter sans jamais préciser son origine. Un témoin anonyme y affirmait que la patronne de France Télévisions faisait campagne pour Emmanuel Macron.

Le 16 mars 2017, quelques semaines après le premier tour de la présidentielle, le directeur de campagne de Marine Le Pen partageait une vidéo avec le hashtag Envoyé Spécial et "Ernotte Gate" sur son compte Twitter. On y découvrait le témoignage d'une homme dont l'anonymat était préservé, présenté comme ayant travaillé dans "l'équipe de Delphine Ernotte", la patronne de France Télévisions. Son témoignage faisait état de la prétendue collusion avec François Hollande puis Emmanuel Macron.

"On est en contact permanent avec l’Elysée (…). Dès que Hollande n’a plus été candidat il a fallu soutenir coûte que coûte Macron. D’ailleurs Macron et Delphine Ernotte ont des liens d’amitié qu’ils ne cachent pas (…) c’est plus qu’amical", expliquait celui qui était un faux employé.

Le "témoin" précise aussi pourquoi il a choisi l'anonymat: "sinon je fais sauter ma carrière", avance-t-il, ajoutant avec des relents complotistes qu'à l'approche de l'élection "tout est maîtrisé, toutes les rédactions se taisent". 

Ambiguïté 

Près d'un an plus tard, Buzzfeed confirme ce mardi que non seulement la vidéo était fausse, ce qui à l'époque a été largement soupçonné sans être confirmé par les membres du FN, mais surtout qu'elle a été créée de toute pièce par des proches de Marine Le Pen, dans le but de déstabiliser la campagne d'Emmanuel Macron. 

Après la publication de cette vidéo, David Rachline avait laissé entendre qu'il pouvait s'agir d'un canular, sans confirmer l'information. "Vous voyez, tout le monde peut faire "journaliste" chez France Télévisions", écrivait-il, pour répondre à un numéro d'Envoyé Spécial consacré au FN, et qui avait déplu au parti.

134.000 vues sur Facebook

David Rachline a aussi partagé la vidéo sur sa page Facebook, avec un commentaire entretenant le flou: "L'effrayante vérité sur l'émission Envoyé Spécial et la directrice de l'information de France Télévisions Madame Delphine Ernotte, soutien de François Hollande et d'Emmanuel Macron!", écrivait-il, alors que la publication est devenue virale: visionnée 134.000 fois sur Facebook, elle a aussi engendré 4.566 partages et plus de 200 commentaires, dont les premiers sont tous au premier degré. Sur Twitter, la vidéo a été partagée 873 fois et "likée" 517 fois. 

Sur les réseaux sociaux, l'information présentée par la vidéo a été reprise notamment par des comptes de soutien à Marine Le Pen comme "Vote Marine" ou "Avec Marine". D'après un permanent ayant travaillé pour la candidate pendant sa campagne cité par Buzzfeed, l'homme apparaissant sur la vidéo est Christophe Boucher, prestataire du FN pour le web. Une source indique aussi que Damien Philippot, le frère de Florian Philippot et membre de l'équipe de campagne, et Philippe Vardon, vice-président du groupe FN en PACA, ont monté le clip.

Le FN invoque une "parodie"

Interrogé par France 3 PACA, Philippe Vardon balaie ce mardi ces accusations. "Je n'ai pas été impliqué dans cette histoire. Si je l'avais fait, je le dirais. Je m'en moque, c'est grotesque", explique-t-il, ajoutant que la vidéo était une "parodie" du reportage sur le FN diffusé par Envoyé Spécial. "A l'époque, cette parodie a été assumée comme telle et tout le monde l'a reçue comme telle", ajoute-t-il. En déplacement dans un Centre de rétention administratif parisien, Marine Le Pen a tenu la même ligne: "C'était une parodie, ça n'a jamais été caché à personne", estime la présidente du Front national.

"Compte tenu de mon tweet, je pensais que tout le monde avait compris qu'il s'agissait d'une parodie. Ah non, pas tous! Le niveau de certains n'est pas monté depuis la campagne présidentielle", a renchéri David Rachline dans un tweet publié ce mardi. 

Charlie Vandekerkhove