BFMTV

Pour Mélenchon, un dirigeant doit parler "cru, pas prout prout"

Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting de campagne, en avril 2012.

Jean-Luc Mélenchon lors d'un meeting de campagne, en avril 2012. - -

Le coprésident du Parti de Gauche a justifié mardi son attaque contre Pierre Moscovici, qui avait suscité un tollé ce weekend.

Dernièrement, on ne compte plus ses coups de gueule. Mais Jean-Luc Mélenchon assume. Le coprésident du Parti de Gauche (PG) a assuré mardi matin sur France Inter que "le peuple en colère" avait besoin de dirigeants "qui parlent dru et cru", pas "prout-prout".

Interrogé sur la violence de termes employés dans son camp contre les socialistes tout ce weekend, l'eurodéputé a ironisé sur "le cuir sensible de la société convenue".

Un de ses proches, François Delapierre, avait lancé samedi que le ministre de l'Economie Pierre Moscovici faisait partie des "dix-sept salopards de l'eurogroupe" qui font pression sur Chypre. Jean-Luc Mélenchon avait renchéri en indiquant que le ministre avait "un comportement de quelqu'un qui ne pense plus en français, qui pense dans la langue de la finance internationale."

"Avec vous, il faut s'indigner gentiment"

Mardi, le coprésident du Parti de Gauche s'en est notamment pris à la Une du journal Libération qui le vise explicitement ("Salopard!" "Toi-même!"), et à l'ensemble de "la caste médiatique, les curés médiatiques qui disent comment on doit parler, de quoi on doit parler", qu'il a qualifiée de "tyrans".

"Il y a quinze jours, vous étiez tous rassemblés autour de la momie d'Hessel, en train d'agiter vos palmes et vos engins à encens: indignez-vous, c'est magnifique!", a-t-il poursuivi. "Mais il faut s'indigner dans le langage de la bonne société, prout-prout, parler gentiment."

"Ce n'est pas comme ça que s'exprime la colère du peuple, les gens en ont par-dessus la tête, ils ont besoin d'avoir des dirigeants qui parlent dru et cru, qui disent les choses comme elles sont", a-t-il assuré.


À LIRE AUSSI:

>> Le ton se durcit au Parti de Gauche

>> Mélenchon se défend de tout antisémitisme contre Moscovici