BFMTV

Quand Marion Maréchal-Le Pen tweete une vidéo controversée

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, le 30 octobre 2013

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, le 30 octobre 2013 - Boris Horvat - AFP

La députée FN du Vaucluse a tweeté mardi la vidéo d'un ex-conseiller de Marine Le Pen. Une vidéo que la présidente du parti avait pourtant demandé de ne pas diffuser "pour des raisons juridiques".

Marion Maréchal-Le Pen n'en fait-elle qu'à sa tête? La jeune députée FN du Vaucluse a tweeté mardi une vidéo controversée d'Aymeric Chauprade, l'ex-conseiller aux affaires internationales de Marine Le Pen. La présidente du Front national avait pourtant demandé de ne pas la diffuser "pour des raisons juridiques". De son côté, le principal intéressé dit ne pas comprendre ces consignes.

"La France est en guerre"

Dans cette vidéo, Aymeric Chauprade évoque une "cinquième colonne" islamique en France. D'après lui, dans l'hexagone, "le vivier du terrorisme islamique, ça veut dire du passage à l'acte jihadique, est énorme, il est de l'ordre du million, ce qui ne veut pas dire que nous ayons un million de terroristes potentiels sur notre sol, mais ce qui veut dire qu'une cinquième colonne puissante vit chez nous et peut à tout moment se retourner contre nous en cas de confrontation générale".

"La France est en guerre, l'analyse d'Aymeric Chauprade sur les attaques terroristes", a tweeté mardi midi Marion Maréchal-Le Pen, une proche d'Aymeric Chauprade, avec un lien vers la vidéo.

"Une initiative personnelle"

Pourtant, la présidente du FN avait, selon plusieurs médias, demandé dans une circulaire du 15 janvier adressée aux responsables locaux du FN de ne pas relayer cette vidéo d'Aymeric Chauprade "pour des raisons juridiques". Une information confirmée à l'AFP par quelques cadres frontistes. Marion Maréchal-Le Pen, qui est secrétaire départementale de la fédération FN du Vaucluse, en était donc théoriquement récipiendaire.

Qu'en pense la présidente du parti? Au Front national, on n'a pas souhaité réagir "pour le moment". "C'est une initiative personnelle", a sobrement commenté à BFMTV.com Alain Vizier, le directeur de la communication du parti.

Lundi, Marine Le Pen avait expliqué que cette vidéo de dix minutes exprimait une "prise de position personnelle" d'Aymeric Chauprade, qui n'est "plus (son) conseiller aux affaires internationales (...) depuis un certain nombre de jours". "Aymeric Chauprade a fait là une vidéo qui est une prise de position personnelle. Je lui laisse la responsabilité de ses propos", a-t-elle affirmé lundi sur France Inter. Et d'assurer qu'il n'y aura plus de "conseiller politique" dans le nouvel organigramme du parti.

"Marine Le Pen est sans doute stressée"

Un avis qui surprend son ancien conseiller. "Il y a une forme d'incompréhension de ma part", a affirmé Aymeric Chauprade à l'AFP. "Il n'y a pas de problème juridique, pas de propos discriminants envers une communauté dans son ensemble, je m'en suis assuré auprès d'avocats", a-t-il dit à propos de la vidéo.

D'après lui, "Marine Le Pen est sans doute stressée par une partie de son entourage. Mais c'est la présidente, il n'y a aucune remise en cause de son autorité."

Mélanie Godey avec AFP