BFMTV

Evasion de Redoine Faïd: la droite accuse Belloubet de ne pas être à la hauteur

Nicole Belloubet à la sortie du conseil des ministres, le 27 juin 2018.

Nicole Belloubet à la sortie du conseil des ministres, le 27 juin 2018. - Ludovic Marin - AFP

Depuis l'évasion du braqueur récidiviste dimanche, la garde des Sceaux est sommée par une partie de la droite de s'expliquer sur d'éventuelles défaillances.

Lundi, Nicole Belloubet l'a reconnu: il y a "peut-être" eu une défaillance au centre pénitentiaire de Réau, en Seine-et-Marne, qui aurait permis au braqueur Redoine Faïd de s'enfuir par hélicoptère, avec l'aide de deux complices. L'hypothèse d'une brèche admise par la ministre de la Justice, dans laquelle une partie de la droite s'est aussitôt engouffrée.

Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, avait dès dimanche soir réclamé des explications. Lundi, il ne s'est pas arrêté là: sur LCP, il a réclamé "des sanctions contre les responsables", et a visé particulièrement Nicole Belloubet: "La ministre devrait au moins s'excuser devant la Nation et dire ce qu'elle va faire, mais elle préfère mettre des téléphones dans les cellules", a-t-il accusé. "Elle est complètement à côté de la plaque et les personnels pénitentiaires en ont assez de ne jamais être défendus par leur ministre".

Marine Le Pen réclame la démission de la ministre

Mardi matin, Marine Le Pen a elle aussi ciblé directement la garde des Sceaux, fustigeant "une défaillance politique". Sur RTL, la présidente du Rassemblement national (ex-FN), s'appuie sur une lettre diffusée sur les réseaux sociaux qui alertait sur un éventuel passage à l'acte de Redoine Faïd.

"Quand la ministre est saisie par des responsables du système pénitentiaire qui lui disent: 'il faut d'urgence transférer ce détenu dangereux' et qu'elle répond: 'on le transférera en septembre', c'est sa faute à elle!", s'exclame la députée du Pas-de-Calais. Elle estime que Nicole Belloubet "n'est pas à la hauteur de la mission qui est la sienne", et réclame donc sa démission.

Chez Les Républicains, on ne va pas aussi loin. Mais les députés plaident tout de même pour l'audition de la ministre: Guillaume Larrivé a réclamé dans un courrier que Nicole Belloubet soit entendue par la commission des Lois, "dès que possible" et notamment pour "rendre des comptes" après l'évasion de Redoine Faïd. Mais la présidente de la commission des Lois Yaël Braun-Pivet (LaREM) a répondu qu'elle n'avait "pas attendu" la demande du député LR pour prévoir cette audition de la garde des Sceaux. Celle-ci devrait avoir lieu "fin juillet", une fois que les conclusions de l'inspection auront été rendues.

De son côté, Edouard Philippe a rappelé que "l'urgence" résidait d'abord dans "la mobilisation pour retrouver cet individu". Mais il a également reconnu que cette évasion "pos(ait) beaucoup de questions". Nicole Belloubet va devoir y répondre, et si possible se montrer convaincante.

A. K.