BFMTV

Enregistrement Jouyet: la justice rejette la demande de Fillon

François Fillon

François Fillon - AFP

La justice a rejeté la demande de François Fillon de récupérer l'enregistrement d'une conversation de deux journalistes du Monde avec Jean-Pierre Jouyet, dans lequel il est mis en cause. Mais des extraits de l'enregistrement seront produits au procès pour diffamation à venir.

Le tribunal de grande instance de Paris a rejeté jeudi la demande de François Fillon de récupérer l'intégralité de l'enregistrement de Jean-Pierre Jouyet, réalisé par les journalistes du Monde, Gérard Davet et Fabrice Lhomme.

Dans cet enregistrement, Jean-Pierre Jouyet raconte que François Fillon lui a demandé, lors d'un déjeuner le 24 juin, d'accélérer les procédures judiciaires contre Nicolas Sarkozy pour empêcher le retour de son rival, et de "taper vite". Une information démentie par l'ancien Premier ministre, qui parle de "mensonges".

Fillon ne fera pas appel

S'il ne peut pas récupérer une copie intégrale de cette conversation, François Fillon aura toutefois la possibilité d'en écouter une partie, puisque deux extraits seront produits au procès en diffamation à venir contre Jean-Pierre Jouyet et les deux journalistes, selon l'un des avocats du Monde, Me François Saint-Pierre.

"Nous prenons acte de la décision du tribunal", déclare Jean-Pierre Versini-Campinchi, l'avocat de François Fillon.

Il indique que ce son client ne fera pas appel. "Cet enregistrement n'a aucune incidence sur les actions en diffamation déjà engagées par monsieur Fillon contre messieurs Jouyet, Davet et Lhomme", explique-t-il. D'autre part, il estime que "l'objectif est atteint: la démonstration est faite que les journalistes et monsieur Jouyet ont quelque chose à dissimuler dans cet enregistrement".

Une "affaire d'Etat"?

L'ancien Premier ministre réclamait en référé (procédure d'urgence) la copie intégrale de la conversation entre Jean-Pierre Jouyet et les deux journalistes. Une action qualifiée de "pitrerie" par Me François Saint-Pierre.

Depuis que les deux journalistes ont publié dans leur livre Sarko s'est tuer (éd. Stock) des extraits écrits de leur conversation avec Jean-Pierre Jouyet, François Fillon s'est défendu avec véhémence, parlant d'une "affaire d'Etat". Après avoir démenti dans un premier temps, le secrétaire général de l'Elysée a finalement reconnu avoir tenu ces propos aux deux journalistes. François Fillon a engagé des poursuites en diffamation à son encontre, ainsi que contre Gérard Davet et Fabrice Lhomme. Il leur réclame un euro de dommages et intérêts, ainsi que des mesures de publications judiciaires.

A. K. avec AFP