BFMTV

Fillon aurait sollicité l'Elysée pour accélérer les poursuites contre Sarkozy

Le secrétaire général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet et l'ex-Premieer ministre François Fillon (ici photographiés en novembre 2008).

Le secrétaire général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet et l'ex-Premieer ministre François Fillon (ici photographiés en novembre 2008). - AFP

VIDEO - Malgré les démentis de François Fillon et Jean-Pierre Jouyet, Le Monde persiste et assure samedi disposer d'un enregistrement où le secrétaire général de l'Elysée raconte comment François Fillon lui a demandé de "taper" sur Nicolas Sarkozy.

François Fillon a-t-il vraiment tenté au mois de juin dernier de faire pression sur le secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Jouyet, pour lui demander d'accélérer les pressions judiciaires contre Nicolas Sarkozy? Si les deux intéressés ont démenti jeudi, aussitôt l'information tirée du livre Sarko s'est tuer publiée, Le Monde persiste et apporte de nouvelles informations samedi.

Les deux journalistes du quotidien et auteurs de l'ouvrage, affirment détenir un enregistrement audio de leur conversation avec Jean-Pierre Jouyet. Celui-ci y raconte comment, pendant leur déjeuner, François Fillon lui a demandé de "taper" sur Nicolas Sarkozy.

"Agissez! Faites le truc" aurait réclamé Fillon

"Où Fillon a été le plus dur (…), c'est sur le remboursement que Sarkozy avait demandé des pénalités pour le dépassement des frais de campagne. Fillon m'a dit, texto: 'Jean-Pierre, c'est de l'abus de bien social. C'est une faute personnelle. Il n'y avait rien à demander à l'UMP, de payer tout ça'", raconte Jean-Pierre Jouyet à Gérard Davet et Fabrice Lhomme, les deux auteurs de Sarko s'est tuer.

Il poursuit: "Fillon me dit: 'mais Jean-Pierre, t'as bien conscience que si vous ne tapez pas vite, vous allez le laisser revenir? (…)" 

Un peu plus loin, le secrétaire général de l'Elysée précise les propos tenus par François Fillon: "La deuxième partie du déjeuner, c'était pour me faire passer: 'mais agissez! Faites le truc'. Mais je lui dis: 'quoi? La justice est indépendante (...)' Il pense toujours, et tout le monde pense, je vous parle très franchement, que l'Elysée a toujours une main invisible sur la justice (…) Mais là ce n'est plus le cas, je n'y peux rien !" Jean-Pierre Jouyet aurait toutefois informé François Hollande de la requête de François Fillon. Mais selon lui, le chef de l'Etat aurait refusé d'y prêter attention.

A. K.