BFMTV

En meeting à Paris, Marine Le Pen durcit le ton au sujet de l'immigration

Au cours d'un meeting houleux, troublé par des manifestations à l'extérieur et par des militantes Femen à l'intérieur, Marine Le Pen a développé un argumentaire très offensif au sujet de l'immigration.

Troublé au-dehors par la présence de manifestants antifascistes, le meeting de Marine Le Pen tenu au Zénith de Paris ce lundi soir l'a aussi été en son sein. Deux militantes Femen ont en effet bousculé le déroulement de la réunion publique, dans une salle qui n'a pas fait le plein. Sur le fond, cependant, Marine Le Pen a pu détailler son programme en matière d'immigration et d'identité nationale. 

"Mondialistes" contre "patriotes"

Dans un discours très offensif, elle a tout d'abord lancé: "Ce qui se joue dans cette campagne, c'est un enjeu de civilisation. Soit la vision française, soit la vision post-nationale." Elle a ensuite poursuivi: "En France, on n'interdit pas l'espace public aux femmes, on ne les cache pas sous des voiles sous prétexte qu'elles sont impures. En France, on boit du vin si on le souhaite, on a le droit de critiquer une religion ou d'en changer sans avoir peur", a-t-elle ajouté.

Pour elle, le scrutin met aux prises les "patriotes" et les "mondialistes". Blâmant la politique d'ouverture dans l'accueil des migrants mise en place par Angela Merkel, la présidente du Front national s'est écartée de cette option. Elle a ainsi expliqué vouloir, en cas de victoire, recruter "6.000 douaniers supplémentaires". Pour la question des réfugiés, Marine Le Pen promeut des "solutions locales, avec des camps humanitaires, protégés...mais chez eux." 

Un moratoire sur "toute l'immigration légale"

La candidate à l'élection présidentielle a dénoncé une "immigration qui ne profite qu'aux grands patrons, qui profitent de cette main d'œuvre pour faire baisser les salaires, et laisse le coût social sur le dos des Français". "Vous voyez bien que nous n'avons plus rien à offrir à ces migrants, que la misère", a-t-elle ajouté. 

Et l'immigration illégale n'est pas la seule à être dans le viseur de la prétendante à l'Elysée. Celle-ci s'est aussi prononcée pour un "moratoire immédiat sur toute l'immigration légale":

"Je déciderai d'un moratoire sur toute l'immigration légale pour arrêter ce délire, cette situation incontrôlée qui nous entraîne vers le fond. Un moratoire pour faire le point de la situation avant de mettre en place de nouvelles règles et une nouvelle régulation beaucoup plus drastiques, plus raisonnables, plus humaines, plus gérables", a déclaré la présidente du Front national." Elle a continué en proposant de "réduire l'immigration légale à un solde annuel de 10.000". 

Marine Le Pen présente ses "quatre piliers de la souveraineté"

Parvenue à ce point de sa prise de parole, elle a voulu assurer les "étrangers, qui vivent dignement, qu'ils n'ont rien à craindre" de son éventuelle présidence. Poursuivant son propos en évoquant les personnes d'origine étrangère, elle a déclaré: "On pratique le communautarisme pour faire des personnes d'origine étrangère de la chair à voter mais moi, je les considérerai comme intégralement Français". 

Marine Le Pen n'a pas oublié le volet souverainiste de son programme. Elle a promis de rendre à la France "les quatre piliers de sa souveraineté: la souveraineté monétaire, économique, territoriale et législative", rappelant, au passage, sa volonté de sortie de l'euro et de l'Union européenne, et de "rétablir" des frontières nationales.

Robin Verner