BFMTV

Emmanuel Macron giflé: comment est assurée la sécurité du président de la République?

Emmanuel Macron entouré de gardes du corps lors d'un déplacement à Montpellier, en avril 2021.

Emmanuel Macron entouré de gardes du corps lors d'un déplacement à Montpellier, en avril 2021. - Guillaume HORCAJUELO / POOL / AFP

Invariablement, le chef d'Etat est accompagné de plusieurs hommes chargés de l'entourer lors de ses déplacements, mais aussi de réaliser un criblage en amont.

La séquence devrait sans conteste rester comme l'un des moments forts de la fin du mandat d'Emmanuel Macron. Ce mardi, alors qu'il sortait d'un lycée hôtelier situé à Tain-l'Hermitage dans la Drôme, le président de la République a reçu une gifle de la part d'un individu présent au sein de la foule rassemblée devant l'établissement scolaire. Deux suspects ont été interpellés et placés en garde à vue.

GSPR

Si Emmanuel Macron a rapidement été mis à l'abri par les gardes du corps qui l'accompagnaient alors, de nombreuses questions concernant sa sécurité se posent désormais. Lors de déplacements officiels, celle-ci est assurée par le GSPR, Groupe de sécurité de la présidence de la République, dont une dizaine de membres étaient mobilisés autour du chef d'Etat à l'occasion du déplacement de ce mardi.

Créé en 1983 sous la houlette de François Mitterrand, ce corps de 77 hommes et femmes est mobilisable à tout moment de la journée pour seconder les événements privés ou publics du président de la République, mais aussi pour anticiper les potentiels dangers.

"Ok Vega"

En amont des déplacements, quatre officiers doivent se rendre sur le lieu du déplacement afin d'y "sentir l'ambiance" et d'effectuer un criblage de la population, avant de détailler un dispositif qui doit être validé par leur hiérarchie. Les cas échéant, est alors donné un "ok Vega", du nom de code qui correspond au président de la République.

Criblage et exfiltration

Au moment de la visite, le service de sécurité a pour mission de rester au plus près du chef d'Etat. La plus répandue, celle du triangle, consiste en trois officiers du GSPR équipés de pistolets automatiques qui se trouvent autour du président, dans le but de ne laisser aucun angle mort.

En cas d'événement inattendu, comme la gifle de ce mardi, alors les gardes du corps peuvent utiliser la technique de la bulle, qui doit servir à isoler le chef d'Etat et, le cas échéant, à procéder à une exfiltration rapide.

Ce mardi, Emmanuel Macron a finalement pu poursuivre sa visite comme prévu, avec une nouvelle étape dans un restaurant de Valence, toujours dans la Drôme.

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier Journaliste BFMTV