BFMTV

Emmanuel Macron giflé: Bruno Le Maire dénonce un "affront à la nation française"

Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, était l'invité de BFMTV-RMC ce mercredi matin. Il est revenu sur la gifle reçue par le président de la République mardi, lors, d'un déplacement dans la Drôme.

Le ministre de l'Economie et des Finances s'est fait solennel ce mercredi matin sur le plateau de BFMTV-RMC, au moment d'évoquer la gifle reçue par le chef de l'Etat, la veille, à Tain-L'Hermitage dans la Drôme. "C'est un affront à la nation française", a d'abord lancé Bruno Le Maire. "C'est un geste grave contre une personne, un geste grave contre la fonction de président de la République", a-t-il ajouté.

"Ça traduit une lente détérioration du débat public, des mots qu'on emploie, on doit en tirer la leçon, et en particulier les politiques", a encore estimé le ministre. "Quand vous voyez les attaques personnelles, quand on dit que le président est un 'destructeur' (en référence à une sortie de Xavier Bertrand, NDLR), est-ce que ça fait avancer le débat? Non".

"Ressaisissons-nous!"

Faisant ensuite une rapide allusion aux propos controversés tenus par Jean-Luc Mélenchon dimanche sur Franceinfo, Bruno Le Maire a ajouté:

"Tout ça dégrade le débat public. (...) La politique c'est choisir ses mots. C'est toujours quand on explique que les uns doivent être chassés, que les autres ne sont pas respectables qu'on arrive à des drames historiques."

Le ministre a voulu adresser un conseil au pays, un mot d'ordre dont l'écho a surtout semblé concerner la classe politique: "Ressaisissons-nous! Il y a un laisser-aller y compris dans la parole publique. (...) Il ne faut pas céder à la facilité des attaques personnelles, du cynisme et du complotisme qui rongent la société française". 

Alors qu'Emmanuel Macron lui-même a indiqué qu'il "relativisait" la portée de la gifle administrée lors de ce bain de foule, Bruno Le Maire a commenté: "C'est courageux de sa part de relativiser mais comme responsables politiques, comme élus, nous avons tous une responsabilité - quelles que soient nos fonctions - de tirer le débat vers le haut".

Robin Verner
Robin Verner Journaliste BFMTV