BFMTV

Emmanuel Macron annonce que les Français seront fixés "début juin" au sujet des vacances d'été

Emmanuel Macron a répondu aux questions de deux journalistes à l'issue de sa visite d'une école de Poissy ce mardi. Il a, entre autres, évoqué la question des vacances d'été, qui flottent dans un futur aussi proche qu'incertain.

C'est depuis la salle de classe colorée de l'école Pierre de Ronsard de Poissy qu'il visitait ce mardi matin que le président de la République a répondu aux questions de deux journalistes. Après avoir naturellement abordé l'enjeu du retour des enfants à l'école, il a été conduit au chapitre des vacances d'été dont la possibilité semble bien incertaine à l'opinion au vu des mesures engagées et de la prolongation de l'état d'urgence sanitaire jusqu'au 24 juillet. Emmanuel Macron a enveloppé ses annonces sur le sujet d'un ensemble de précautions:

"On n’a pas gagné la bataille contre le virus. Il est toujours là, on l’a simplement ralenti. On va ouvrir une nouvelle phase : si on est tous responsable collectivement, je suis sûr qu’on y arrivera et je veux donner cette lueur d’espoir."

Macron donne rendez-vous

Mais pour savoir si cette lueur d'espoir a vocation à grandir ou à vaciller et s'éteindre, il faudra encore attendre. "On saura début juin", a en effet posé Emmanuel Macron. Si ces congés avaient lieu, ils ne seraient d'ailleurs pas exempts de restrictions, comme l'a montré la description qu'en a donnée Emmanuel Macron: "On va limiter les grands déplacements internationaux, même pendant les vacances d’été. On restera au moins entre Européens, peut-être en fonction de l’évolution de l’épidémie faudra-t-il réduire un peu plus. Mais c’est trop tôt pour le dire." "Mais mon souhait est qu’on puisse aider chacun à avoir cette part de vie familiale et donc avoir cette part d’espoir, un peu de sourire et de soleil", a-t-il encore affirmé. 

Le chef de l'Etat a ensuite porté son propos aux foyers ne pouvant s'offrir de vacances: 

"Il y a aussi toutes celles et ceux qui n’ont pas de vacances et ne peuvent pas en avoir et ce à quoi on travaille (...). Je veux qu’on puisse être aux côtés des familles pour qu’on puisse peut-être être les aider davantage que d’habitude à organiser des temps de repos et de loisir, parfois à proximité, des temps d’occupation, des temps de culture ensemble."
Robin Verner