BFMTV

Macron change les règles de nomination des recteurs… et veut nommer une camarade de l'ENA

Emmanuel Macron à l'Elysée le 5 septembre 2018.

Emmanuel Macron à l'Elysée le 5 septembre 2018. - LUDOVIC MARIN / POOL / AFP

Charline Avenel, camarade de promotion d'Emmanuel Macron à l'ENA, pourrait être nommée à la tête de l'académie de Versailles.

L'information aurait pu passer inaperçue. Mercredi 3 octobre, un décret est publié au Journal officiel. Présenté par les ministres de l'Education et de l'Enseignement supérieur, après avoir été annoncé en avril dernier en conseil des ministres, il modifie les modalités de nomination des recteurs en ouvrant ce poste à 12 personnes sur 30 non titulaires de l'habilitation à diriger des recherches, au lieu de 6 actuellement. Le but: "diversifier le recrutement des recteurs pour mieux répondre aux exigences nouvelles du métier".

Une académie réservée aux recteurs expérimentés

Mais derrière ce décret se cache une intention particulière: selon L'Obs, il permettrait à Emmanuel Macron de nommer une camarade de promotion de l'ENA, Charline Avenel, actuelle secrétaire générale de Sciences Po, à la tête de l'académie de Versailles. Cette dernière n'étant pas titulaire d'un doctorat, et le quota des 6 recteurs dans le même cas étant rempli, sa nomination n'était pas possible. Elle l'est désormais, maintenant que le décret a été publié. L'intéressée aurait déjà prévenu ses collaborateurs de SciencesPo de son prochain départ pour Versailles.

Contacté, l'Elysée assure que le changement des règles de recrutement, mis en place dans d'autres secteurs que celui de l'Enseignement supérieur, a été souhaité par Emmanuel Macron "bien avant que Charline Avenel ne soit dans le radar" pour l'académie de Versailles. Une académie qui aurait été proposée par Jean-Michel Blanquer pour la jeune énarque de 42 ans. Par ailleurs, l'Elysée fait savoir que "la procédure de recrutement est en cours", et n'est pas validée définitivement pour l'instant. Elle serait d'ailleurs uniquement pilotée par les ministères de l'Education et de l'Education supérieure.

Ce choix étonne certains universitaires, qui reprochent sur les réseaux sociaux à Charline Avenel de n'avoir jamais dirigé d'académie dans le passé – ce qui selon eux la disqualifierait pour diriger celle de Versailles. Il s'agit de l'une des plus grandes de France: en tant que telle, elle est souvent attribuée à des recteurs expérimentés. La polémique n'est pas sans rappeler la nomination de l'écrivain Philippe Besson, proche d'Emmanuel Macron, consul de Los Angeles. Un recours en justice a été intenté par un syndicat du Quai d'Orsay.

Ariane Kujawski