BFMTV

"Il me revenait de réexpliquer les règles": Macron justifie son coup de sang à Jérusalem

Après s'être agacé de l'attitude des forces de sécurité israéliennes, le chef de l'État a effectué une mise au point sur les raisons de son emportement, liées au nécessaire partage des responsabilités avec les autorités françaises dans l'église Sainte-Anne.

Pour l'heure, la mémoire de la célèbre colère de Jacques Chirac prime sur le reste. Après son coup de sang de ce mercredi à Jérusalem, déclenché par une altercation entre équipes de sécurité israéliennes et françaises aux portes de l'église Sainte-Anne, Emmanuel Macron s'est expliqué.

Rappelant les règles en vigueur, qui font de ce lieu une zone dont la sécurité est confiée aux autorités françaises, le chef de l'État a adopté un ton beaucoup plus apaisé: 

"Il y a notre histoire française qui est un peu particulière, et en arrivant à Sainte-Anne, qui est un domaine français, il y a eu un jeu qui est assez classique, où il y a eu un moment d'énervement entre les équipes de sécurité", a-t-il d'abord expliqué.

Selon Emmanuel Macron, il lui revenait de mettre "bon ordre" à cette algarade, "en réexpliquant quelles sont les règles depuis que la France a ainsi quelques domaines". Et le président de rendre hommage à la sécurité israélienne, "qui a fait un travail formidable (...) dans les rues, où tout a été très calme". 

Le locataire de l'Elysée, en déplacement officiel à Israël jusqu'à jeudi, a ensuite rappelé que le travail des forces de sécurité israéliennes "s'arrêtait aux portes de Sainte-Anne et c'est la sécurité française qui prend le relai".
dossier :

Emmanuel Macron

Jules Pecnard