BFMTV

Hollande n'acceptera pas "que l'on puisse perturber" les mariages homos

François Hollande a annoncé vendredi qu'il promulguerait samedi la loi sur le mariage homosexuel que vient de valider le Conseil constitutionnel.

François Hollande a annoncé vendredi qu'il promulguerait samedi la loi sur le mariage homosexuel que vient de valider le Conseil constitutionnel. - -

François Hollande a annoncé vendredi qu'il promulguerait samedi la loi sur le mariage homosexuel que vient de valider le Conseil constitutionnel. Il a aussi averti les antis mariage homo contre toutes perturbations des mariages à venir.

"Il sera toujours possible pour ceux qui contestent d'appeler à une nouvelle loi, mais qu'ils sachent bien que la loi tant qu'elle est la loi, c'est la loi de la République", a réagi François Hollande en déplacement à Caen. Le président répondait aux contestations qui se sont élevées à l'annonce de la validation par le Conseil constitutionnel de la loi disposant du mariage pour tous. Le chef de l'Etat a appelé chacun à prendre conscience de sa responsabilité". Le chef de l'Etat a aussi rappelé, dans un message vidéo, qu'il promulguerait la loi sur le mariage homo "demain", samedi.

Une loi de consensus, de réconcilliation, de progrès"

"J'ai d'ailleurs confiance, je sais que cette loi, qui va ouvrir un droit nouveau sans en enlever un autre à personne, sera dans quelques mois considérée comme une loi de consensus, de réconciliation, de progrès", a assuré François Hollande.

"C'est ainsi que toutes les évolutions se sont faites dans la République, alors aujourd'hui il y a le temps de la décision je l'ai prise, il y a maintenant le temps du respect, celui de la loi de la République", a-t-il dit.

"Après le temps de la décision", celui "du respect de la loi"

Le président de la République a prévenu qu'il n'accepterait pas "que l'on puisse perturber ces mariages". Après "le temps de la décision", vient "maintenant le temps du respect de la loi de la République", a souligné le président de la République, en déplacement à Caen.

"Je veillerai à ce que la loi s'applique sur tout le territoire, dans toute son effectivité, et je n'accepterai pas que l'on puisse perturber ces mariages", a-t-il aussi dit un peu plus tard.

"Il y a un principe que le Conseil constitutionnel a voulu introduire dans sa décision et que je ferai respecter avec scrupule, c'est celui de l'intérêt de l'enfant pour toutes les adoptions", a déclaré François Hollande.

En validant la loi, le Conseil constitutionnel a érigé en "exigence constitutionnelle", "l'intérêt de l'enfant", une exigence devant s'appliquer aux conseils généraux qui délivrent les agréments pour l'adoption et les tribunaux qui prononcent les adoptions.


À LIRE AUSSI:

>> Mariage homo: les arguments de l'UMP devant le Conseil constitutionnel

>> Le Conseil constitutionnel peut-il retoquer la loi?
>> Mariage homo: ce qu'espèrent les antis

David Namias et AFP