BFMTV

François Hollande: "La France a fait face"

François Hollande

François Hollande - BFMTV

François Hollande a aussi prévenu que "la France n'en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible", lors d'une allocution télévisée après le dénouement des deux prises d'otages à Paris et à Dammartin-en-Goële.

"La France a été attaquée trois jours de suite. Mais, la France a fait face". Le président de la République François Hollande a salué "la bravoure, le courage et l'efficacité des policiers qui ont participé à l'assaut" au supermarché de la porte de Vincennes comme à Dammartin-en-Goële en Seine-et-Marne.

"Je veux leur dire que nous sommes fiers, fiers d'eux, car quand l'ordre a été donné, ils ont porté l'assaut dans le même mouvement avec le même résultat", a-t-il poursuivi.

François Hollande, dans une allocution solennelle télévisée, a répété à quatre reprises la formule "La France a fait face". "La France, même si elle consciente d'avoir fait face, même si elle sait qu'elle peut disposer, avec les forces de sécurité, d'hommes et de femmes capables de courage et de bravoure, n'en a pas terminé avec les menaces dont elle est la cible. Je veux vous appeler à la vigilance, à l'unité et à la mobilisation", a déclaré le président de la République.

"Ceux qui ont commis ces actes terroristes n'ont rien à voir avec la religion musulmane"

"Ceux qui ont commis ces actes terroristes, ces illuminés, ces fanatiques, n'ont rien à voir avec la religion musulmane", a insisté François Hollande, refusant les amalgames.

Le président de la République a aussi dénoncé l'"acte antisémite effroyable" commis dans le supermarché casher où s'était retranché Amedy Coulibaly et où ont péri quatre otages. 

François Hollande à la marche dimanche

Le chef de l'Etat sera dimanche à la marche républicaine organisée à Paris de République à nation en compagnie notamment de le Britannique David Cameron, l'Italien Matteo Renzi, l'Allemande Angela Merkel, l'Espagnol Mariano Rajoy ou encore les dirigeants européens Jean-Claude Juncker, Donald Tusk et Federica Mogherini.

"De nombreux chefs d'Etat et de gouvernement ont voulu, du monde entier, nous exprimer leur solidarité. Plusieurs m'ont fait savoir qu'ils seront là lors du grand rassemblement de dimanche. Je serai avec eux", a-t-il déclaré, appelant "tous les Françaises et les Français à se lever ce dimanche ensemble pour porter ces valeurs de démocratie, de liberté, de pluralisme auxquelles nous sommes tous attachés et que l'Europe, d'une certaine façon, représente".

Manuel Valls a expliqué sur TF1 que le président de la République avait lui même pris la double décision de l'assaut.

S.A.