BFMTV

Emmanuel Macron veut accélérer la reconstruction de Saint-Martin, un an après Irma 

Emmanuel Macron, François de Rugy et Annick Girardin sur un site de reconstruction en Guadeloupe, lors de leur séjour aux Antilles françaises.

Emmanuel Macron, François de Rugy et Annick Girardin sur un site de reconstruction en Guadeloupe, lors de leur séjour aux Antilles françaises. - Eliot BLONDET / POOL / AFP

Emmanuel Macron s'est rendu à Saint-Martin ce dimanche, avant-dernière étape de son séjour aux Antilles. Il a présenté ses mesures pour accélérer la reconstruction de l'île et relancer le tourisme.

"L'Etat est là". Emmanuel Macron, qui avait dit samedi sa colère face à la reconstruction trop lente de Saint-Martin après le passage dévastateur de l'ouragan Irma, a assuré dimanche les habitants de l'île de son soutien, tout en affirmant une "exigence" claire.

Il faut que "maintenant les règles soient respectées" et que "les accommodements avec les règles, parfois les corruptions, ne se reproduisent plus", a-t-il insisté à Baie orientale, avant de s'envoler pour Saint-Barthélémy.

Avec des vents de plus de 350 km/h, Irma avait fait 11 morts à Saint-Martin et endommagé 95% du bâti en septembre 2017. Un an plus tard, seulement 35% des bâtiments détruits ou très dégradés ont été reconstruits. 

"L'Etat est là"

Le chef de l'Etat, avait rappelé samedi les chefs d'entreprises, bailleurs sociaux et Collectivité de Saint-Martin à "leur responsabilité".

"L'Etat est là", a-t-il asséné. "L'Etat continuera à être là et donc je compte sur chacun d'entre vous pour être au rendez-vous", avec une "même ambition" mais aussi une "exigence", a-t-il ajouté. "Cela suppose de tourner des pages, celle d'Irma, mais celle aussi du passé", et cela "suppose une ambition nouvelle, en transparence", a-t-il insisté.

"La première saison touristique post-Irma"

"C'est maintenant" la première saison touristique "post-Irma", et l'Etat a donné "les outils" pour l'aborder, a noté le chef de l'Etat, alors que le secteur, seul moteur économique de l'île déjà bien malade avant Irma, a été durement touché par l'ouragan.

Saint-Martin mise sur une reprise partielle du tourisme pour la saison haute en décembre, avec environ 800 chambres (hôtels, chambres d'hôte, villas en location, etc.) opérationnelles, soit les deux tiers de ce qui existait avant le passage de l'ouragan.

Puis, en avril 2019, un comité de la reconstruction "fera le point de l'avancement du chantier" de reconstruction. "Juste avant ce comité, la ministre reviendra pour voir les avancées sur le terrain et constater ce qui a fonctionné et ce qui n'a pas fonctionné".

"Tous les travaux réalisés avant le 31 décembre"

Pour accélérer la reconstruction, le chef de l'Etat a demandé à "tous les bailleurs d'avoir réalisé les travaux d'ici le 31 décembre". Sinon "le préfet pourra enclencher une procédure pénale considérant qu'ils relèvent de la catégorie des marchands de sommeil". Les entreprises vont, elles, bénéficier d'une prolongation de mesures d'aides économiques mises en place après Irma, comme le moratoire sur les charges sociales.

Emmanuel Macron a ensuite dénoncé les pratiques de bailleurs et entreprises qui parfois triplent le loyer des locataires ou le coût de certaines réparations, appelant également les assurances à être "au rendez-vous et à ne pas "majorer les primes indûment". 

"La lutte contre la fraude, le blanchiment et la corruption seront renforcées", a aussi martelé Emmanuel Macron, en défendant le respect d'un "ordre public économique". (...) Nous lancerons des contrôles, des sanctions seront prises, et la justice sera saisie chaque fois que nécessaire. C'est ce que nous vous devons", a lancé le chef de l'Etat.

L'Etat présentera les nouvelles cartes des risques tsunami, séisme et cyclone d'ici la fin de l'année. Pour l'ensemble des Outre mer, un "plan d'action spécifique pour les risques naturels sera traduit dans un projet de loi".
Jeanne Bulant avec AFP