BFMTV

Coronavirus: l'appel de Macron "à l'unité" depuis l'hôpital de campagne de Mulhouse

Depuis l'hôpital militaire de Mulhouse mercredi soir, Emmanuel Macron a appelé les Français à "faire bloc" et à "être unis" pour combattre l'épidémie de coronavirus.

En visite à l'hôpital de campagne de l'armée de Mulhouse ce mercredi soir, Emmanuel Macron a salué "la mémoire des soignants qui ont payé de leur vie leur engagement", avant d'appeler les Français à rester "unis pour combattre le virus", qui a déjà fait plus de 1331 morts et 25.233 personnes contaminées dans le pays depuis le début de l'épidémie.

"Je vous ai dit il y a quelques jours que nous étions engagés dans une guerre. Lorsqu'on commence une guerre, on s'y engage tout entier, on s'immobilise. Nous ne devons avoir qu'une obsession: être unis contre le virus", a déclaré le chef de l'Etat.

Un plan massif d'investissement pour l'hôpital

Emmanuel Macron, en déplacement dans cette ville du Haut-Rhin "pour rendre hommage au personnel soignant" et "témoigner sa solidarité envers la région Grand Est qui est fortement éprouvée" par la crise du coronavirus, a promis la mise en place d'un "plan massif d'investissement et de revalorisation de l'ensemble des carrières" pour l'hôpital, une fois la crise du coronavirus passée. Il a juré d'être "au rendez-vous de ce que nous devons, au-delà de cette reconnaissance et du respect". "Cette réponse sera profonde et dans la durée", a-t-il assuré.

Le chef de l'Etat a ensuite annoncé le lancement d'"une opération Résilience". Cette opération distincte de l'opération "Sentinelle" contre le terrorisme, "sera entièrement consacrée à l'aide et au soutien aux populations, ainsi qu'à l'appui aux services publics pour faire face à l'épidémie, en métropole et en Outre-mer", a affirmé le chef de l'Etat. 

"Nous ne sommes qu'au début, mais nous tiendrons"

Première décision, le porte-hélicoptères amphibie Mistral sera déployé "immédiatement" dans le sud de l'océan Indien et, "à partir de début avril, le porte-hélicoptères Dixmude ira se positionner dans la zone Antilles Guyane en soutien de nos territoires ultramarins", a-t-il annoncé.

"L'unité et le courage, nous permettront de vaincre, nous ne sommes qu'au début, mais nous tiendrons", a-t-il martelé, répétant à nouveau plusieurs fois "nous sommes en guerre".

Emmanuel Macron a ensuite annoncé qu'il réunirait vendredi syndicats et patronat, pour "organiser le travail" et "mieux protéger au travail". "Vendredi, je rassemblerai l'ensemble des partenaires sociaux, et un très gros travail a été fait ces derniers jours pour, secteur par secteur, apporter les meilleures réponses, pour organiser le travail, pour mieux protéger au travail".

dossier :

Emmanuel Macron

Jeanne Bulant