BFMTV

Ce que veux dire Emmanuel Macron en évoquant "l'art d'être Français"

Emmanuel Macron à son arrivée, ce jeudi soir lors de la conférence de presse.

Emmanuel Macron à son arrivée, ce jeudi soir lors de la conférence de presse. - BFMTV

Le chef de l'État a souhaité "ouvrir le nouvel acte" de son quinquennat, ce jeudi lors de cette première conférence de presse à l'Élysée. Emmanuel Macron s'est donc attelé à essayer de tourner le chapitre gilets jaunes, en appelant les Français à "l'apaisement" et au "rassemblement".

Emmanuel Macron a déclaré vouloir reconstruire "l'art d'être Français" avec le deuxième acte de son quinquennat, lancé ce jeudi à l'occasion de sa première conférence de presse à l'Élysée, censée répondre et mettre un terme à la crise des gilets jaunes qui dure depuis cinq mois.

Lors de son propos liminaire, Emmanuel Macron s'est défendu "d'avoir fait fausse route" et a dit vouloir "retrouver, par le projet national et européen, la maîtrise de notre destin et de nos vies". Il s'est ensuite attelé à essayer de "redonner du sens" et à rassembler les Français, dans l'espoir de clore la crise des gilets jaunes. 

Macron, Acte 2: "redonner une espérance de progrès"

ll a finalement conclu sa conférence de presse en revenant sur "cet art un peu particulier qu'être Français". "C'est ce dont notre pays a besoin et qui est une part de la réponse à la boule au ventre du matin". "Je crois aux symboles et à l'esprit du temps", a-t-il développé, avant de saluer "la capacité (des Français) à répondre, à se mobiliser, espérer et vouloir rebâtir", comme une référence au grand débat national, aux manifestations des gilets jaunes, ou à la reconstruction de Notre-Dame.

Résolu et offensif, le chef de l'État a néanmoins promis une nouvelle "méthode" de gouvernance pour l'acte 2 de son quinquennat, "plus humaine". Il a expliqué vouloir, "dans ce deuxième temps", "redonner une espérance de progrès à chacun". "Je crois très profondément que ce que nous sommes en train de faire et ce que devons faire, c'est d'ouvrir ce nouvel acte que j'évoquais. Cette ré-humanisation, cet enracinement d'un projet de transformation profond", a-t-il dit.

"La part de vérité de cet art d'être Français", c"'est la fin de l'esprit de division, les discussions permanentes sur des sujets légitimes. Mais c'est aussi la volonté de bâtir ensemble. Profondément. Résolument", a poursuivi Emmanuel Macron, comme un appel à l'apaisement alors que s'éternise la crise des gilets jaunes. 

"Porter un projet de résistance, d'ambition"

"L'art d'être Français, c'est une manière très spécifique d'être ce que nous sommes. C’est un attachement particulier à notre langue, notre culture, et à quelques permanences", a-t-il rappelé, comme pour appeler les Français à revenir aux fondamentaux culturels et à dépasser les conflits de ces derniers mois. "L'art d'être Français, c'est à la fois être enraciné et universel, être attaché à notre histoire, nos racines mais embrasser l'avenir. Cette capacité à débattre de tout, en permanence, de ne pas céder à la loi du plus fort mais bien de porter un projet de résistance, d'ambition pour aujourd'hui et pour demain", a encore développé le chef de l'État. 

Tout au long de cet exercice inédit, Emmanuel Macron a donc gardé sa périphrase sur "l'art d'être Français", comme pour tenter de faire ressortir ce qui rassemble les Français, et ainsi de les appeler à se réunir et à tourner la page.

Assis sur une estrade, derrière un bureau blanc orné d'un drapeau tricolore, dans la salle des fêtes de l'Elysée, le chef de l'Etat avait pris place devant 320 journalistes ce jeudi, dont près d'un tiers de correspondants étrangers, pour un exercice inédit depuis le début du quinquennat.

Jeanne Bulant